Fédérale 1 : phases finales de Fédérale 1 (MAJ 20/03)

Simulation de la phase finale du Jean Prat

Phase FinaleDans la poule 1, rappelons que Tarbes, Auch et Limoges ne peuvent participer à la phase finale, ne remplissant pas le cahier des charges. Nevers a repris la troisième place et se retrouve à 3 longueurs des bressans avec un match en moins.

Les oppositions seraient toujours les suivantes :

  1. Bourg en Bresse – Chambéry
  2. Nevers – Provence Rugby

Pour rappel, dans les poules géographiques, il y a un classement national et l’on prend les 16 meilleurs. Dans un premier temps, ce classement est fonction du classement dans la poule, puis le nombre de points, les punis… Voici donc les oppositions potentielles.

  1. Strasbourg (1) – La Seyne sur Mer (16)
  2. Rouen (2) – Saint Jean de Luz (15)
  3. Bobigny (3) – Saint Jean d’Angely (14)
  4. Mâcon (4) – Nîmes (13)
  5. Oloron (5) – Valence d’Agen (12)
  6. Cognac (6)- Bagnères de Bigorre (11)
  7. Tyrosse(7) – Lavaur (10)
  8. Castanet Tolosan (8) – Agde (9)

A chaque tour, le classement est refait et les meilleurs classés reçoivent au retour. Nous actualiserons ces classements après chaque journée.

 

Publié dans Fédérale 1 | 3 commentaires

Top 14 : ils n’en ont rien à foutre entre fusion et calendrier !

Fusion et calendrier

Entre annonces et mépris

Essayons de comprendre un peu l’intérêt que portent les acteurs du Top 14 envers l’équipe nationale : aucun.

Je pourrais arrêter cet article maintenant et laisser les arguments de chacun s’exprimer, mais je vais quand même étayer ce point de vue.

Pour la première fois depuis très longtemps, l’équipe de France peut terminer à la deuxième place du tournoi. Cela permettrait à la fois de retrouver de la confiance et d’être dans le Top 8 pour le tirage de la coupe du monde. Ce n’est pas rien lorsque l’on sait qu’un équipe nationale est une vraie locomotive pour sa fédération. L’enthousiasme sans pour autant créer des vocations, fait venir les jeunes dans les clubs.

Mauvais timing des annonces

C’est donc le dernier weekend de tournoi. Mais cela n’a pas empêché les professionnels de choisir un très mauvais timing. Tout d’abord la fusion. Annoncée lundi à la surprise générale, cela aurait dû attendre un peu. Est-ce que les deux présidents pensaient vraiment que ça allait bien se passer ? Est-ce qu’ils sont si loin de la réalité ? Bref, cela a eu une incidence sur le groupe. Danty et Camara ont voulu rejoindre Papé pour sauver leur club. Quoi de plus naturel ? Il est aussi pratiquement sûr qu’on en a parlé à chaque instant alors que l’on devrait bouffer du Gallois à chaque minute.

La deuxième chose, c’est le calendrier de la ligue qui est sorti cette semaine. Ne me dites pas qu’ils ne sont pas au courant ? La FFR a bien dit qu’il fallait donner plus de temps aux internationaux et la ligue sort une copie de calendrier identique à la saison dernière. Paul Goze pense qu’il peut tout faire, que la FFR va tout accepter comme à son habitude. Ce temps-là est terminé. La priorité de Bernard Laporte, c’est l’équipe de France, pas la ligue. C’est retrouver une compétitivité qui permet de jouer les premiers rôles. La ligue doit donc se soumettre à cette idée.

Nous avons donc eu deux sorties cette semaine qui auraient pu attendre et éviter un parasitage inutile pour la préparation du match de samedi. Parce qu’aujourd’hui, une victoire se construit sur des détails, infimes mais utiles. Alors si à l’avenir, certaines personnes pouvaient éviter de se regarder le nombril ou leur porte-monnaie et penser rugby, on y serait tous gagnants.

Publié dans Fédérale 1 | Un commentaire

Fusion Racing/Stade Français : le bel avenir de Massy

Massy RugbyMassy, n°2 en Ile de France

Parfois, nous parlons de conjonctures favorables, de chance, de saisir l’opportunité, du petit coup de pouce du destin. Le moins que l’on puisse dire c’est que pour Massy, c’est la voie royale vers le professionnalisme.

Premièrement, la bonne idée de la poule d’accession est de donner du temps aux clubs pour se préparer à l’accession. Massy étant le premier à avoir fini sa saison, il est clair que les Franciliens ont quelques mois pour s’organiser.

Le gros cadeau vient en fait des deux clubs du Top 14 qui décident de fusionner. Le Racing 92 et le Stade Français dans cette cannibalisation historique vont donner de l’opportunité économique à ce club. De facto, Massy devient le deuxième club du comité d’Ile de France. Fort d’une formation d’excellence, le club pourra aller piocher dans les joueurs qui seront victimes de cette fusion.

Ensuite, A l’inverse d’autres clubs qui montent sans avoir de formation élite, Massy possède déjà toute la structure pour fonctionner chez les professionnels. Ce troisième essai à l’étage supérieur risque d’être le bon. Des clubs professionnels en difficultés financières, une volonté fédérale de limiter le nombre d’étrangers opposés aux ressources et à l’organisation du club. Cette volonté de former du haut niveau va enfin payer pour les ciels et noirs.

Au travers de cette histoire, d’autres clubs fédéraux comme Bobigny, Suresnes ou Gennevilliers vont aussi avoir des opportunités. De nouvelles structures peuvent s’imposer. Des anciennes, comme l’US Métro basée à Antony peuvent renaître. Max Guazzini avait fait renaître il y a 20 ans le Stade Français. Peut-être qu’un passionné dans les décennies à venir tentera de reprendre la place déjà perdue par le passé. Pour l’heure, la mort des uns sert l’avenir des autres, ainsi va la vie.

En conclusion, c’est l’alignement parfait des planètes ovales qui voient naître une nouvelle force sur laquelle il faudra compter au sud de Paris. Massy y est et compte bien y rester.

Publié dans Fédérale 1 | 17 commentaires