Ce qui m’énerve dans le rugby.

Petit coup de gueule cette semaine sur plusieurs choses qui m’énervent dans le rugby.

On est les plus beaux.
Cette notion de valeur que l’on rabâche à tout le monde comme si les autres sports n’en avaient pas. N’est-ce pas condescendant, voire arrogant ? Est-ce que l’équipe de France de Hand ne possède pas ces valeurs. Ne retrouvons-nous pas ces valeurs dans le football ? Dans le Basket, le Judo ou même l’aviron ? Et puis, ces personnes qui nous rabâchent avec ces valeurs, que pensent-elles des joueurs qui mettent des fourchettes, qui viennent taper par derrière ou donnent des coups de crampons sur des joueurs au sol ?

T’as jamais joué, tu ne peux pas comprendre.
Ou la hiérarchisation par l’expérience. Il est étrange de souvent noter sur les différents forums rugby ce genre de remarque, comme si le fait de ou d’avoir joué donnait des prérogatives sur les choses de la vie et notamment les valeurs vues précédemment, mieux encore sur la connaissance de ce sport. Il y a des tas de personnes dans le monde qui n’ont jamais joué au rugby et qui sont des personnes sympathiques. Il y a des personnes qui n’ont jamais joué et qui connaissent les règles et savent apprécier une situation. Si l’on pense le contraire, il devrait être interdit de voter, puisque nous ne sommes pas politiciens ou encore, seuls les mécaniciens devraient être autorisés à conduire. Généralement ces remarques sont adressées aux supporteurs par des personnes qui semblent dénuées de toute argumentation.

Une structure du moyen-âge.
Il est clair aujourd’hui, pour être un décideur du rugby, il faut être politicien, savoir manipuler les masses et faire des alliances. Le problème, en France, c’est que nous sommes pris par les structures et surtout les hommes qui profitent de ces structures. Aucune idée nouvelle ne contribue au développement du sport. Bien au contraire, les dirigeants sont aujourd’hui incapables d’analyser les conséquences, ni même de les prévenir, s’arrêtant au simple fait qu’une idée peut être bonne. Et ces dernières années, nous en avons eu un paquet qui ont contribué au désenchantement général. Les poules de 10 en divisions fédérales qui ont plombé les recettes et transformé le calendrier en un gruyère sans saveur, les licences blanches posées comme une grosse bouse sans même réaliser une phase de transition adaptée, les mélées en fédérale 2 et fédérale 3, les réserves à 12… Et ces mêmes personnes sont ré-élues à chaque fois sous les vivas des représentants élus par les clubs.

L’arbitrage
Si l’on regarde bien les règles, nous savons que n’importe quel arbitre peut, dans une situation donnée, siffler pour l’une ou l’autre des équipes. Les arbitres le reconnaissent en nous disant qu’ils sont avant tout des hommes. Si c’est le cas, il faut alors qu’ils comprennent qu’un homme n’est pas seulement quelqu’un qui a des faiblesses, mais qu’il est aussi corruptible, influençable et partial. Maintenant, il est clair qu’un bon arbitre est un arbitre dont la conscience est irréprochable et heureusement, nous en trouvons.

En conclusion, qu’est-ce que j’aime dans le rugby
Simplement le moment magique, où tout se met en ordre pour aller marquer, la générosité du jeu, la communion des supporteurs autour d’un match, le fait de croire encore que l’on préfère encourager son équipe, plutôt que de souhaiter la défaite d’une autre. Tout ça me suffit pour continuer à aimer.

Ce contenu a été publié dans Infos rugby. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Ce qui m’énerve dans le rugby.

  1. Florian Grill dit :

    oui pour des critiques sur le rugby et son organisation. Ceci dit quand on veut changer les choses le mieux est de s’investir non?

  2. Raphaël dit :

    Il est vrai que ces comportements existent dans le rugby, mais sont le fruit d’une minorité, c’est une bonne analyse mais d’une autre époque, pas en adéquation avec la nouvelle génération de joueur à laquelle j’appartiens. Mais je me permets de vous demander votre avis objectif sur ce que vous appelé le côté « moyen-âge » du rugby, plus précisément sur un exemple. Que pensez vous du cas du match Oloron-Nevers et de la décision, presque étonnante, prise en appel ? Ainsi que du peu de réaction sur le site qui avait pourtant insisté sur le fait que les clubs plus petits n’étaient pas, au niveau des infrastructures et des bénévoles, à la disposition des grosses écuries de Fédérale 1 ? Et je ne pense pas qu’au moyen âge, pour reprendre votre exemple, on rejouait la bataille en cas d’absence.
    Amicalement et merci d’avance Olivier.

    • olivier dit :

      L’histoire du match Oloron-Nevers confirme les faiblesses du système. Il y a un règlement qui est clair, mais que l’on bafoue sous prétexte de panne de transport. Cela va à l’encontre de la responsabilisation des dirigeants et c’est, à mon avis, un jugement à la tête du client.

  3. jean-luc dit :

    Dimanche dernier, l’équipe de foot de Bourg jouait en coupe de france contre Montpellier dans le temple du rugby bressan. Et bien, avec 40 ans de banquette dans le stade Marcel Verchère, il y avait longtemps que je n’avais pas vu autant de cons (environ 150)venus de Montpellier foutre un bordel sans nom devant des stadiers médusés par le niveau de connerie des supporters (fumigènes, pétards de très gros calibre, bagarres, etc…) voilà ce qui m’énerve moi dans le foot !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *