XV de France : la faute à qui et quelles solutions ?

Nouveau maillot de l'EDFLes Français ont bien chargé en Afrique du Sud, c’est incontestable. Depuis trois semaines, les hypothèses vont bon train pour expliquer cette déroute : Top 14, fatigue, formation, pas le niveau, tout semble converger vers une mauvaise organisation de notre rugby.

Bien sur, en six mois d’investiture, l’équipe Laporte essaye de trouver des pistes, mais comment faire revivre une équipe qui est au fond depuis 6 ans et qui n’a jamais été d’une grande régularité.

1 – augmenter le vivier

Lors du congrès de Bourges, il a été révélé qu’il y avait plus de 280 000 pratiquants réguliers de rugby. 1905 clubs, 30 clubs professionnels. Le problème est qu’à l’arrivée, il y a 45% de joueurs étrangers dans les clubs. Alors on peut cibler Toulon ou Montpellier, mais TOUS les clubs du Top 14 sont coupables.

Coupables, car à l’inverse de nos concurrents internationaux, nous choisissons la starisation dans la première division et surtout des recrutements basés sur des gabarits hors normes. Bref, à l’arrivée, sur 1000 joueurs, seuls 550 sont sélectionnables en équipe de France.

L’équation est simple, en limitant le nombre de joueurs non sélectionnables en Equipe de France, nous augmenterons le vivier. Si l’on applique la règle de fédérale 1 pour la prochaine saison, il y aurait 238 joueurs Français contre 177 actuellement à chaque journée de championnat.

La bonne nouvelle étant que la liste des joueurs EDF passe de 30 à 45.

2 – favoriser l’attaque en Top 14

Là aussi, les accusations envers le championnat ne manquent pas. Un championnat de vrais bourrins. Comment laisser la place au jeu ?

En questionnant des habitués et en passant tout cela au mixeur, nous sommes plusieurs à penser qu’il faut transformer l’attribution des points afin de favoriser le jeu. Nous partons du constat, que le point de bonus défensif crée des systèmes de jeu trop restreints, favorisant les défenses sur les attaques.

L’idée est donc de supprimer le bonus défensif. La victoire à 2 points et le nul ou la défaite à 0 points. Ensuite, nous attribuons des points bonus tous les 2 essais marqués, que ce soit pour le gagnant ou le perdant.

Ainsi, ce système oblige les clubs à vouloir marquer des essais. En remettant les essais au centre du jeu, nous remettons les créatifs au premier plan.

3 – la formation à revoir

Lors du congrès, Bernard Laporte a affirmé que la formation d’un joueur allait de 8 à 14. Effectivement, il parlait des acquis techniques. Aujourd’hui, la DTN a reposé à plat la détection et la formation. Suppression des pôles et relation directe avec les clubs. D’autre part, les 200 cadres techniques seront chargés de mieux former, entre autre, les éducateurs.

Le problème est que les compétitions sont déstructurées. Là où les catégories sont sur 2 ans, nous avons une bouillie qui va de 18 à 22 ans et qui aboutit à une vraie cassure. Les U20 n’ont plus de compétitions. Lors de différents échanges avec des joueurs Crabos, les meilleurs me disaient qu’ils allaient signer en espoir… Pour cirer les bancs en attendant leur heure. Le problème est que si cette génération ne joue pas, elle perd l’expérience de la compétition par rapport aux autres nations. Il est donc impératif de trouver une solution pour que les U20 puissent jouer.

4 – trop de matches pour les pros

Trop de matches ou pas assez de récupération ? Telle est la question ! Il est vrai que si l’on regarde la tournée de novembre, elle est généralement plus équilibrée que celle d’été.

Néanmoins, est-ce à cause de la fatigue accumulée ? Je vous renvoie à cet article de 2014 qui ouvrait le débat peut concluant sur cette hypothèse.

5 – autres hypothèses

Et si c’était mental ? Ce sujet n’est jamais abordé. Mais à force de vous prendre des coups sur la tête, d’entendre dire que vous n’êtes pas bons, vous finissez par y croire.

La plupart des joueurs Français sont bons en club. Pourquoi en équipe de France ce n’est plus le cas et ce depuis longtemps ?

Et si c’était les entraineurs ? Mourad Boudjellal l’a évoqué car avec la compétence approuvée et reconnue de Guy Novès, beaucoup le voyait homme providentiel. A l’arrivée, c’est le plus mauvais bilan d’un entraîneur.

En conclusion, rien n’est vraiment identifié et il semble que ce soit l’accumulation de plusieurs choses depuis plusieurs années.

Mais il faut trouver les moyens de changer les choses. Des idées ont été présentées, des pistes sont peut être à suivre, mais il faut que la culture de la gagne revienne et ne pas accepter la fatalité.

Rendez-vous en novembre pour voir les progrès…

 

Ce contenu a été publié dans Fédérale 1. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

25 réponses à XV de France : la faute à qui et quelles solutions ?

  1. Cussonet dit :

    Passons sous silence le fait que la question me semble hors sujet sur un site qui s’appelle  »Rugby Fédérale » et concerne donc le rugby amateur, et non le rugby show-bizz,ultra-professionnel et donc international ! Je pense que la FFR devrait garder Laporte comme President, car ça semble très efficace et les résultats sont la: un Tournoi plus que mitigé au sein duquel pourtant seule l’Angleterre a le niveau, 3 grosses fessées sur 3 matchs chez les Sud-africains. Laporte est manifestement la solution (lol)….

  2. MD dit :

    Le véritable problème est cité dans l’article. Il n’y a plus de catégorie U20 et sauf cas exceptionnel les jeunes ne jouent pas en Espoirs, surtout devant. Il faudrait une vraie catégorie Reichel U20 avec un championnat, pourquoi pas en parallèle avec les Crabos (comme en cadet Gaudermen/Alamercery)?

  3. Nicolas dit :

    Les solutions mentionnées dans votre édito sont justifiées.
    Cela dit il y a un sujet qui ne vient jamais à la surface, « Le plan de Jeu »

    On nous bassine avec un plan de jeu commun dans toutes les catégories, pour lorsque les futurs joueurs arrivent dans le contingent de l’équipe « A » tout soit connu et identique, pour soit disant faciliter l’intégration au plus vite.

    Les autres équipes nationales étudient le plan de jeu français soit chez les jeunes soit chez les « A » étant donné qu’il est identique, à tout niveau il est dès lors très facile pour l’adversaire à travers les divers vidéo d’identifier les points forts et faibles

    J’ai envie de dire « Bordel  » soyons créatif… arrêtons de faire du copier-coller…. à méditer

  4. C’est la faute de la fédé qui envoie des joueurs au bout du rouleau et fatigués par une longue saison alors que dans l’hémisphère sud elle ne fait que commencée!!!

  5. Guy Monneret dit :

    Il faut favoriser le jeu ouvert et supprimer tout les chausses-trappes qui ralentissent le jeu. Exemple: un mail est fini , le ballon est dans les pieds du dernier joueur Le demi De mêlée fait des pieds et des mains pour soit- disant réorganiser ses joueurs, non c’est pour provoquer une faute de l’adversaire et l’arbitre est obligé de lui dire de jouer. Et s’il me mettait à dix parce qu’il ne joue pas. La favoriserait le jeu. Et des pic And go interminables pour user l’autre Et lui faire commettre des fautes, c’est usant. Il faudrait faire comme au Xlll, après 5 tenus tu dois jouer, cela aèrerait le jeu Et obligerait à jouer. Voilà quelques pistes!!

  6. Dire que la tournée tombe mal car c’est la fin de la saison et que les joueurs sont cuits ne tient pas.
    En effet quand on joue les équipes de l’hémisphère sud en novembre, ce sont eux qui sont en fin de saison et……..
    Ils nous battent

  7. Les Écossais avec une equipe B ( tournée des Lions) vont batttre les Australiens, les Anglais avec une equipe de remplaçants gagnent en Argentine….
    Cherchez l’erreur…….

  8. C’est vrai qu’on joue plus de matches que les anglo-saxons , mais c’est un peu court comme excuse

  9. Ce n’est pas une excuse …la fatigue. DEpuis tout temps il y a eut une tournée de fin de saison avec départ le lendemain de la finale avec des bons et moins bons résultats face à des équipes debutant leur saison.Depuis tout temps il y a aussi une reception de Pays du Sud finissant leur saison venant en France où la saison débutait et eux en fin de saison.Depuis tout temps l’EdF a eut des fortunes divers face aux nations du Sud….mais là…c’est mort, le fossé ne fait que grandir,le top 14 ne forme que des robots aux corps surmusclés qu’ils en sont handicapés dans leurs gestes et déplacements. Ce même Top 14 lobotomise ses joueurs à les rendre incapables de créer.Alors je pense qu’il ne faut pas incriminer Noves,Bru et autre B.Laporte, notre Top14 est vérolé par l’apport massif d’étrangers qui ne laisse que 20% de joueurs français sur les pelouses.Ce top 14 façon Mourad et Altrad ne m’interesse pas et voila pourquoi je ne suis plus abonné à C+, mon fils en a fait de même et beaucoup dans mon entourage ont fait la même chose..Mais biensur cela reste mon avis.

  10. Rémy Gsr Rémy Gsr dit :

    À force de prendre des branlées même en changeant de sélectionneur on va peut être comprendre qu’on a une génération médiocre tout simplement !!!!!!
    Tant qu on croiera au miracle on ne s’occupera toujours pas de la formation et on ne gagnera j’aimais rien!!!
    On a mal formé pendant 10 ans quand les nz ont évolué leurs formations passant d’énormes gabarits à des joueurs très techniques et ben nous on cherchait que des monstres à 14 ans en passant les former en 3 ans .
    Sauf que pendant ce temps là eux avait des changer d’optiques quand nous on copié bettement ce qu’il faisait y a 15 ans .
    On a 10 ans de retard sur la formation et on regagnera le jour où quelqu’un s’attaquera à ce chantier

  11. Barack dit :

    1/ Formations des joueurs dans les écoles de rugby
    – Ajouter une formation continue des éducateurs à la formation initiale.
    – Utilisation de cadres techniques référents en appui aux écoles de rugby.
    – Dotation d’équipements, en particulier dans les clubs qui n’ont pas les moyens.
    – 1 licence = 1 ballon de rugby offert pour chaque enfant.

    2/ Formations des joueurs haut potentiel dans les ligues (ex-comités)
    – 1 centre de formation dans chaque ligue à partir des cadets jusqu’à la catégorie espoir (= 3 catégories).
    – Formation du joueur de haut niveau, et cursus scolaire adapté.
    – Compétition sous forme de poule avec l’ensemble des comités (poule unique de 12).

    3/ Statut des joueurs issue de la formation des ligues et des joueurs internationaux
    – Les joueurs issus des centres de formation sont draftés par les clubs professionnels (et donc répartis équitablement) et auront un de temps de jeu minimum en TOP14 et PROD2.
    – Les joueurs internationaux sont draftés par les clubs professionnels (et donc répartis équitablement en TOP14), auront un temps de jeu maximum et bénéficieront d’un calendrier international. Chaque année, la liste de joueurs est modifiée.
    – Ces joueurs sont payés par la FFR et ligue.

    4/ Effectif des clubs pro
    – Composé de joueurs internationaux, de joueurs issus des centres de formation, de joueurs français et de quelques joueurs étrangers (5 maximum par feuille de match).

    5/ Arbitrage
    – Adapter l’arbitrage aux standards internationaux

  12. n1quolson dit :

    çà a commencé avec le professionnalisme, çà s’est pas tout de suite vu, le termps que les anglo saxons s’adaptent… mais maintenant, c’est criard …
    et puis, demander à un gars du sud ouest d’etre pro … LOL entre le vendredi soir où il se soule la g####, le samedi où il va aux champignons apres la grasse matinée … Où se trouvent les « grands noms historiques » du rugby du S.O; ? en Fed 2 ….. chez les amateurs pardi … et ils en sont fiers. demandez à un supporter de Lombez ou Hagetmau ce qu’il pense des pros … quand on voit Orthez refuser la FEd 1 … Orthez … on est pas pret … faut rester raisonnable … tout çà … si un club bearnais pense çà … c’est FOUTU … petit petit petit …

  13. Toto Riina Toto Riina dit :

    C’est juste que seul picamoles est un joueur de niveau mondial, on a un 10 qui est fort depuis plusieurs saisons qui est wisnieski mais a qui on ne donne pas sa chance, sinon tout ou presque est à jeter !

  14. C’est soit la faute à une génération plus faible que jamais, soit la faute à Bernie…..
    😉

  15. SAN DONA dit :

    Il faudrait supprimer les Pôle puisque comme le dit B. Laporte tout se joue entre 8 et 14 ans et mettre plus de moyen dans ces categories d’âge.
    Categories d’âge où souvent l’encadrement est fait par des parents dévoués mais en manque de formations.

  16. Il faut que le rugby s’ouvre davantage dans tout l’hexagone et à d’autres publiques, j’ai développé le rugby dans les quartiers, les mômes ont faim et sont en plus profondément respectueux, certains au bout de quelques mois étaient déjà dans les équipes 1, j’ai passé 25 ans de ma vie en zup et ça fait seulement 1 an que le ballon ovale à franchit les grillages des quartiers ! avec de la mixité sociale on fait des groupes de jeunes extrêmement solidaires et complémentaires, il faut juste trouver le bon équilibre entre tous ces mômes venus de différents horizons… Trop de gros potentiels nous échappent

  17. Le Drômois dit :

    D’une manière générale, vous les gars du rugby, vous restez toujours au même stade de couper les poils de cul en deux, quatre, huit, seize, trente-deux etc…..Et au final ça ne bouge pas beaucoup. Vous avez beaucoup d’idées, mais peu aboutissent. Regardez donc comment agissent les fédés du basket, du handball et du football.
    Déjà il y a des vraies catégories d’âge: Moins de 11, Moins de 13, Moins de 15 etc. C’est plus simple et plus compréhensible que vos Crabos, Belascain, Danet Gaudermam, Teulière. Na….
    Ensuite leur système de formation est simple et en forme de pyramide avec des niveaux club, département, région, pour aboutir pour les meilleurs aux centres de formation des clubs pros puis pour le basket au fameux Centre Fédéral (Insep) dont les gamins jouent en championnat de France N2 et N1. Au hand les centres de formation jouent en N1. Au foot les centres de formation jouent en championnat de France Amateur (soit la Fed 2 du rugby).
    Les résultats des équipes de France sont particulièrement probants et on ne compte plus les titres de champions du Monde ou d’Europe des jeunes garçons et filles handballeurs, basketteurs et footballeurs alors que nos jeunes rugbymen n’arrêtent pas de prendre des raclées.
    Voilà, j’arrête car j’entends déjà des voix disant que ce n’est pas possible de transposer ces systèmes au rugby, vu sa spécificité.
    Cordialement à vous tous les bénévoles, vous avez tout mon respect.

  18. Langue d'OC dit :

    C’est peut être juste que le rugby, c’est trop contraignant pour un jeune…
    Vivement l’avénement du 7 qui mettra le XV a la trappe…….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *