Lettre aux racistes !

Il est temps de reprendre la plume pour défendre convictions et humanisme, que ce soit dans le rugby ou dans la vie de tous les jours. Suite au match qui a opposé Narbonne à Montauban, Elvis Tekassala  a été victime de propos racistes sur twitter.

Cher Cara,

Je lis et relis ton tweet raciste envers un joueur de rugby et je te félicite d’avoir exprimé ta haine et ta rancoeur de façon cachée, même si la police pourra te retrouver facilement avec les données de connexion de Twitter. Il est heureux pour toi que tu n’aies pas prononcer ces mots au stade ou face au joueur. Je dis heureux, mais je pense que cela aurait été impossible. En effet, seules la couardise et la bêtise peuvent amener quelqu’un à penser ce genre de chose. Les gens comme toi se croient forts en groupe, mais isolés, ils baissent les yeux sur la misère de leur pathétique vie.

J’imagine la scène, toi dressé, avec surement quelques grammes dans le nez au cas où tu aurais besoin d’une excuse, tenant de tels propos sur la main courante.

Et puis là, le match s’arrête, et 15 joueurs se rapprochent de toi, tu continues à faire le malin parce que là tu ne peux plus te dégonfler face au public. Au fur et à mesure où les joueurs s’approchent ta voix se fait de plus en plus faible. Ils sont à quelques mètres de toi, s’arrêtent et te fixent du regard, sans bouger, sans broncher.

La seule chose qui se met à changer, c’est ton pantalon qui devient humide à cause de ta vessie qui se vide tellement tu as la trouille. Les joueurs eux, ont un petit sourire, à la fois moqueur et dédaigneux.

Oh, vous ne croyez pas que ça s’est passé comme ça ? Mais ça s’est exactement passé comme ça. Le dénommé Cara a supprimé son compte tellement il a eu peur de ce qu’il a écrit. Il s’est pissé dessus, aussi pitoyable est-il, caché, lâche et misérable.

Le club de Montauban a montré qu’il était uni face à la haine et RF se joint à tous les membres de ce club qui ont relevé la mêlée et fait en sorte que ces comportements soient dénoncés et combattus.

Publié dans Rugby amateur | 11 commentaires

Fin de l’équipe de France fédérale : une évidence

La FFR a annoncé la fin de l’équipe de France Fédérale, fille de l’équipe de France Amateur et petite fille de l’équipe de France B.

Bien sur, pour certains, c’est une grande émotion de voir disparaitre une équipe qui porte les couleurs de notre rugby. Néanmoins, en 10 ans, elle est tombée en désuétude et ce pour plusieurs raisons.

L’équipe de France Fédérale, ce n’était plus que 1 ou 2 matches par an, alors qu’il y a 10 ans, il y avait un 6 nations qui était consacré à cette équipe et une tournée d’été.

Le principe pour être sélectionné était de jouer avec les équipes de comité lors de la coupe de la fédération. Cette coupe a longtemps été la compétition favorite des comités de Bourgogne et de Provence qui s’accaparaient les titres. Ainsi, nous retrouvions beaucoup de joueurs de ces 2 comités renforcés par le Midi Pyrénées et le Béarn. Puis la coupe de la fédération a été plus ouverte, rendant la compétition plus attrayante.

Dans le même temps, la fédérale 1 est devenue plus exigeante et les grosses équipes de cette division ont commencé à décliner les sélections de leurs joueurs. Les comités n’ont pas trop osé utiliser de leurs pouvoirs afin d’obliger les joueurs à venir. De ce fait, les sélections territoriales n’ont pas eu les meilleurs joueurs à proposer en sélection, même si le niveau était bon.

A cette époque, il y avait une coupe d’Europe à laquelle les comités participaient pour rencontrer des équipes locales de Géorgie, Portugal, Espagne, Roumanie… Mais à la fin, c’était toujours un comité français qui gagnait. Au niveau de l’équipe de France Fédérale, il y avait aussi de moins en moins de matches avec notamment la disparition du 6 nations des équipes réserves/amateurs/fédérales. De surcroît, il y avait un décalage de niveau, notamment avec l’Angleterre qui offrait une équipe plus au niveau de la pro D2 que de la fédérale.

Les clubs, depuis longtemps, demandent la fin de la coupe de la fédération, coupe qui était le moteur alimentant cette EDF fédérale. Or, nous savons très bien que ce n’étaient jamais les meilleurs joueurs qui étaient sélectionnés. Il y avait le problème des clubs qui ne jouaient pas le jeu et le copinage des sélectionneurs. Bref, des critères de détection qui ne fonctionnaient pas.

La vraie question à se poser est : cette équipe a-t-elle des oppositions possibles en Europe : la réponse est non, elle n’en a plus. 2 matches programmés cette saison, ce n’est pas assez pour mobiliser un projet autour de feu cette équipe de France…

 

Publié dans Fédérale 1 | 11 commentaires

Rugby : que du bon pour 2017 !

2016 s’est terminée sur une note d’optimisme avec l’élection de Bernard Laporte qui apporte un véritable changement dans le rugby Français.

En effet, nous étions dans la continuité des traditions de la pensée unique, centraliste et décideuse parisienne. Pour les détracteurs de Laporte, rien ne changera, pour les autres, c’est l’occasion d’apporter leur pierre à l’édifice.

Pour RF, c’est aussi un changement de taille, puisque Thierry Murie, vice-président en charge du rugby amateur, de la DNACG et de la CCCF m’a demandé d’être son adjoint, car, je le cite, je serais capable de relever les mêlées avec lui.

C’est en tout cas un véritable privilège qui m’est offert et un défi à relever. Imaginez toutes ces années à critiquer les décisions prises et d’un seul coup, on vous dit : mon gars, tu as critiqué, maintenant tu es dans le wagon. Plus motivé que jamais, j’espère pouvoir apporter quelque chose afin que notre rugby puisse retrouver le sourire, les rencontres amicales et la joie de partager quelque chose.

Le rôle du site va donc évoluer puisqu’il se veut aujourd’hui un véritable lien avec la fédération, un lieu de débats, d’échanges et de propositions qui seront étudiées par la FFR et proposées aux clubs. Le slogan « la fédé c’est vous » n’a jamais été autant au goût du jour.

J’aurais une pensée pour le vieux, RS 51 et surtout Daniel Derrien qui a été le premier à m’accueillir en octobre 2006 lorsque nous sommes arrivés à Lyon. On se donnait rendez-vous, une fois de temps en temps pour boire un verre, discuter du rugby et de la vie… Cette vie qui pour eux s’en est allée.

Il y a de grandes choses qui sont en cours pour RF, j’espère les mener au bout, parce que ça vaut tout de même le coup d’avoir un site avec des potes que l’on peut trouver partout en France.

Je vous souhaite à tous, ainsi qu’à vos proches une excellente, une magnifique, une rugbystique année 2017.

 

Publié dans Fédérale 1 | 6 commentaires