Pro D2

Les règles et leurs applications

#21

  • Jéhanno Florian
  • Membre
  • 04/05/2017
  • Msg : 4 174

Je ne peux que vous recommender cette vidéo.

L'exemple ultime se trouve à 1m05s.
Même en lançant le ballon dans son dos, par dessus sa tête, si on court, le ballon "avancera" par rapport au terrain.

En d'autres termes, dès que tu cours, tu auras beau lancer le ballon vers l'arrière, il avancera par rapport au terrain.
Cela s'appelle l'INERTIE.

Si après ça, vous pensez encore que c'est un en-avant, alors c'est que vous pensez qu'au Rugby on a pas le droit de faire une passe en courant...
... et c'est bien triste sad

RC Vannes, en avant! Allez les Bleus!

Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait!

#22

  • Kiproko
  • Membre
  • 11/06/2020
  • Msg : 202

Bernie Babe Bis a écrit :

Absolument pas d'accord avec vous et votre fumeuse théorie de l'inertie que vous venez de sortir. Pour moi Il ne s'agit pas non plus de la douteuse position des mains du passeur mais bel et bien de la position effective du receveur par rapport au passeur : si le receveur est devant le passeur quand il reçoit le ballon il y a en-avant, point barre, sinon on aura toujours des interprétations différentes selon les arbitres et parmi les supporters. 

Le principe d'inertie est tout sauf une théorie fumeuse wink

#23

  • Tilouisdarouen
  • Membre
  • 27/08/2018
  • Msg : 1 097

Jéhanno Florian a écrit :

Je ne peux que vous recommender cette vidéo.

L'exemple ultime se trouve à 1m05s.
Même en lançant le ballon dans son dos, par dessus sa tête, si on court, le ballon "avancera" par rapport au terrain.

En d'autres termes, dès que tu cours, tu auras beau lancer le ballon vers l'arrière, il avancera par rapport au terrain.
Cela s'appelle l'INERTIE.

Si après ça, vous pensez encore que c'est un en-avant, alors c'est que vous pensez qu'au Rugby on a pas le droit de faire une passe en courant...
... et c'est bien triste sad

Déjà que c'est un jeu stupide :"pour aller vers l'avant, il faut faire des passes en arrière". Alors si maintenant, même en faisant la passe vers l'arrière, il faut aussi que le receveur réceptionne derriere ligne la imaginaire du passeur, on n'est pas arrivés dans l'enbut adverse.

Merci Florian pour ta vidéo, qui résume parfaitement ce qui est difficilement expliquable (ou entendable)...

Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité,
Un optismiste voit l'opportunité dans chaque difficulté.

#24

  • Bernie Babe Bis
  • Membre
  • 02/07/2012
  • Msg : 877

Jéhanno Florian a écrit :

..... En d'autres termes, dès que tu cours, tu auras beau lancer le ballon vers l'arrière, il avancera par rapport au terrain.
Cela s'appelle l'INERTIE.

Si après ça, vous pensez encore que c'est un en-avant, alors c'est que vous pensez qu'au Rugby on a pas le droit de faire une passe en courant...
... et c'est bien triste sad

Désolé mais je reste sur ma position. En ce qui me concerne je considère que l'arbitre doit juger uniquement sur la position du ballon lorsqu'il est réceptionné : en-avant par rapport au point où il a été lancé ou en arrière ? c'est au passeur de tenir compte du facteur auquel vous faites référence ( et que je ne nie pas ) et d'ajuster sa passe en fonction de cela, sinon chacun argumentera à sa guise et les contestations seront permanentes.

Si vous tenez compte du-dit facteur alors ne devriez vous pas tenir compte de la force du vent que ce soit pour une passe ou un lancer en touche ? Le passeur lance la ballon vers l'arrière mais le vent le fait partir en-avant ou le lanceur essaie d'assurer une touche droite mais le vent dévie le ballon. Alors pas d'en-avant, lancer considéré comme régulier ? aberrant ! ce serait ouvrir la porte à des décisions fondées uniquement sur le "ressenti" de l'arbitre et non sur des faits établis et incontestables. Aux passeurs, aux lanceurs de s'adapter aux conditions de jeu.

J'ai, dans un post précédent, abusivement parlé de théorie "fumeuse" quant à l'inertie: il n'est bien évidemment pas question de nier ce principe mais j'entendai seulement par là son application au rugby. Peut être "old fashion" à votre goût mais je considère que les régles sont déjà suffisament complexes pour qu'il ne soit pas utile d'introduire un élément supplémentaire de contestation.

L' ASB, le CAL, l'ARC, le PARC, PROVENCE RUGBY aujourd'hui....  toute une histoire !
AQUI, AQUI SIAN A Z'AIS  !!!

#25

  • bizuth56
  • Membre
  • 24/05/2016
  • Msg : 6 619

ouais...... on trouve tout et son contraire......
Mais il semblerait que ce n'est pas la passe vers l'arrière qui compte, mais juste que le "réceptionnaire" ne soit pas devant le passeur. Trouvé ça sur le Rugbynistère :"Second cas de figure, la passe en avant. Si un joueur fait une passe à un autre joueur de son équipe et que celui-ci se trouve devant lui à la réception du ballon, la passe est dite «en avant», il y a donc faute de jeu. Le joueur réceptionnaire doit se situer en retrait du joueur porteur du ballon."

Donc, une passe en avant, ramené par le vent en arrière sera valable. 
 

#26

  • Velours
  • Membre
  • 30/11/2013
  • Msg : 1 640

Bernie Babe Bis a écrit :
Jéhanno Florian a écrit :

..... En d'autres termes, dès que tu cours, tu auras beau lancer le ballon vers l'arrière, il avancera par rapport au terrain.
Cela s'appelle l'INERTIE.

Si après ça, vous pensez encore que c'est un en-avant, alors c'est que vous pensez qu'au Rugby on a pas le droit de faire une passe en courant...
... et c'est bien triste sad

Désolé mais je reste sur ma position. En ce qui me concerne je considère que l'arbitre doit juger uniquement sur la position du ballon lorsqu'il est réceptionné : en-avant par rapport au point où il a été lancé ou en arrière ? c'est au passeur de tenir compte du facteur auquel vous faites référence ( et que je ne nie pas ) et d'ajuster sa passe en fonction de cela, sinon chacun argumentera à sa guise et les contestations seront permanentes.

Si vous tenez compte du-dit facteur alors ne devriez vous pas tenir compte de la force du vent que ce soit pour une passe ou un lancer en touche ? Le passeur lance la ballon vers l'arrière mais le vent le fait partir en-avant ou le lanceur essaie d'assurer une touche droite mais le vent dévie le ballon. Alors pas d'en-avant, lancer considéré comme régulier ? aberrant ! ce serait ouvrir la porte à des décisions fondées uniquement sur le "ressenti" de l'arbitre et non sur des faits établis et incontestables. Aux passeurs, aux lanceurs de s'adapter aux conditions de jeu.

J'ai, dans un post précédent, abusivement parlé de théorie "fumeuse" quant à l'inertie: il n'est bien évidemment pas question de nier ce principe mais j'entendai seulement par là son application au rugby. Peut être "old fashion" à votre goût mais je considère que les régles sont déjà suffisament complexes pour qu'il ne soit pas utile d'introduire un élément supplémentaire de contestation.

Cela s entend parfaitement et dans 95% des situations de passe c est évident.

Mais à pleine vitesse, la physique devient très difficilement contrôlable. Ce n est pas un facteur météorologique (comme le vent ou la pluie) mais purement physique.

Cela induit que pour contrôler la passe c'est le joueur qui doit decélerer (c'est souvent le cas) avant de passer sa balle pour qu elle soit régulière.

Déjà que les règles favorisent grandement la défense (pour la protection des joueurs) mais si on arrive à induire un ralentissement des courses à cause de ça, on prive le rugby de son spectacle. Et retour à un jeu restrictif pour gagner.

Alors oui, une passe doit être en arrière ou sur une ligne mais il y a une dose d appreciation humaine à maintenir. Sinon ton arbitre c'est le même que celui de ton jeu vidéo et... Pfff comment dire...

Ce qui veut dire aussi qu'il faut accepter des arbitres qui " refusent" l inertie et ne pas refuser ceux qui "l acceptent". Bref un arbitre au rugby devrait plus être un juge de jeu qu un contrôleur des règles. Quite à se tromper, il y aura toujours 1 équipe bénéficiaire et l autre pénalisée.

Car si on accepte pas ça, on peut aussi dire adieu aux mêlées surtout quand le niveau des 2 équipes est sensiblement le même.

Le XIII est clairement plus simple à arbitrer de façon linéaire. C'est aussi ce qui fait le charme du XV.

Dernière modification par Velours (06/10/2020 20:28:26)

ALLEZ USON !

#27

  • Gadget5863
  • Membre
  • 26/12/2014
  • Msg : 3 718

Je remet un petit grain de sel sur ce post car nous sommes à la fin des matchs allés et j'aimerais votre "ressenti" sur la fameuse régle du plaqueur.

Si je me rappel bien,cette "nouvauté" a été mise en place pour accélérer le jeu et bien, pour moi, c'est l'effet inverse.

Je m'explique,

le joueur qui est tenu arrive a poser un genou au sol et il faut le lacher ( issu du seven) donc on limite la défense (but rechercher)

Le plaqueur doit  faire la "demonstration " qu'il a bien relacher le plaqué avant de rejoué le ballon ........ donc cela veutdire que le plaqué ne lâche pas le ballon alors qu'ilest au sol??

Le plaqueur doit se retirer aprés le plaquage ....... alors là, ily a vraiment sujet a interprétation, comment se sortir d'un plaquage quand tu as 2,voir 3 gars sur le "rable"

Pour moi,cette régle a surtout démontré que les matchs se jouent sur des pénalités et sur les buteurs, et cela ne fait pas accélérer le jeu,au contraire, il n'y a pas un buteur qui ne prend pas son temps alloué au max pour taper . soit 1' 

Aujourd'hui nous sommes a mini 10, 15 pénalités par match et souvent par équipes soit environ 30 coup de pieds a 1 minute de temps apparti pour buter, on se rertouve (plus ou moins) a 30 minutes de .......rien

Si l'on prend les stats de la FFR nous sommes a 649 pénalités concédées soit 649 x1 minute = 649 minutes de perdus soit 11 h00 de jeu en moins sur un total de 208 matchs joués

208 x 90' = 312h00 de jeu et 11h00 de pénalités .................... c'est vrai que cela accélérelaughcheeky 11h00 c'est 7,33 matchs angel

Pour infos pénalités par saison :

2019 / 2020 = 984

2020 / 2021 (mi-saison) = 649

Dernière modification par Gadget5863 (19/12/2020 15:55:33)

« L’humilité rend invulnérable. »
– Marie von Ebner-Eschenbach

#28

  • Jean-Luc
  • Membre
  • 29/06/2011
  • Msg : 4 828

Dans les règles, il y a aussi celles dues au Covid qui imposent huis clos .. etc; les espoirs rentrent dans cette catégorie, quelqu'un peut m'expliquer comment   et pourquoi, cet après midi, le match espoir, diffusé en live sur FB Stade Toulousain- Bayonne a pu se dérouler dans ces conditions là ? Comment un grand club comme le ST peut il faire ça ? 

 

#29

  • Tilouisdarouen
  • Membre
  • 27/08/2018
  • Msg : 1 097

Info sur les règles concernant les JIFF. Ce n'est pas réellement un scoop.

Depuis longue date, ci-dessous extrait de Allrugby.com :

" Les dipositions sur les JIFF sont les suivantes pour la saison :

  • 2013-2014 : 16 joueurs Non JIFF maximum dans l'effectif pro
  • 2014-2015 :
    • 16 joueurs Non JIFF maximum dans l'effectif pro
    • fond incitatif si 12 JIFF(*) au minimum par feuille de match.
  • 2015-2016 :
    • 16 joueurs Non JIFF maximum dans l'effectif pro
    • fond incitatif à partager (4 M€ pour le TOP 14 et 3M€ pour la PRO D2) si 12 JIFF(*) au minimum par feuille de match, 10% de droits Tv/Marketing.
  • 2016-2017 :
    • 16 joueurs Non JIFF maximum dans l'effectif pro
    • fond incitatif à partager (4 M€ pour le TOP 14 et 3M€ pour la PRO D2) si 14 JIFF(*) au minimum par feuille de match. Si il y a moins de 12 JIFF sur la feuille en moyenne, 10% de droits Tv/Marketing dûs seront retenus pour les clubs concernés (204 000 € pour un club du Top 14 et 116 000 € pour un club de Pro D2).
  • 2017-2018 : les joueurs espoirs qui ne sont pas encore JIFF mais habilités à jouer en pro, ainsi que les joker médicaux NON-JIFF seront comptés dans la limite des 16/17/18 NON-JIFF par club.
  • 2018-2019 :
    • 16 joueurs Non JIFF maximum autorisés à évoluer en championnat.
    • Les clubs n'ayant pas respecté la moyenne de 14 JIFF en 2017/2018, commenceront le championnat avec des points en moins, de 2 à 10 points en moins.
    • La moyenne des JIFFs sur les feuilles de matchs prend dorénavant les phases finales en compte et on n'enlève plus les extrêmes.
    • La moyenne de JIFF alignés à respecter sur la saison est toujours de 14 pour éviter une perte de point.
    • Si la moyenne de JIFF est supérieure ou égale à 15 sur la saison, les clubs pourront bénéficier du fonds JIFF.
  • 2019-2020 :
    • 15 joueurs Non JIFF maximum autorisés à évoluer en championnat.
    • La moyenne de JIFF alignés à respecter sur la saison est de 16.
    • Les sanctions en points pour le non-respect des quotas sur les feuilles sont augmentées de 2 par tranche.
  • 2020-2021 :
    • 14 joueurs Non JIFF maximum autorisés à évoluer en championnat.
    • La moyenne de JIFF alignés à respecter sur la saison est de 16.
  • 2021-2022 :
    • 13 joueurs Non JIFF maximum autorisés à évoluer en championnat.
    • La moyenne de JIFF alignés à respecter sur la saison est de 17.
  • 2022-2023 :
    • 13 joueurs Non JIFF maximum autorisés à évoluer en championnat.
    • La moyenne de JIFF alignés à respecter sur la saison est de 17."

Les clubs étaient prévenus, d'où peut être certains qui signent déjà leur JIFF, pour éviter la surenchère.

Pour parler de la saison en cours, un seul club aura beaucoup de mal à respecter le seuil de 16 JIFF en fin d'année. Il s'agit du SA XV. Je pense que l'objectif est surtout de sauver le club de la relégation, quitte à perdre la prime des 16 JIFF minimum et de se voir infliger un malus de points pour le prochain départ en Pro D2 (handicap de - 4 ou -6 points)

Pour respecter un minimum de 16 JIFF , le SAXV devrait aligner pour les 10 dernières journées au moins 19 JIFF. N'ayant pas fait une seule fois cette saison, je ne vois pas comment le club le ferait.

Et pour rester au moins dans une moyenne de 15 JIFF moyen/match, il faudra aligner 16 JIFF au moins. C'est faisable, mais vu les premières journées, cela n'a été fait que 4 fois. Cela idem, cela semble compliqué aussi.

Cela faudrait donc dire que même maintenu, le SA XV pourrait repartir avec -6 points ????? et 17 JIFF l'année prochaine minimum ? Si le maintien est assuré, il va falloir casser la tirelire pour acheter du JIFF et du très bon JIFF...Sinon, ils n'auront fait que retarder l'inéluctable et perdu de l'argent pour rien au final.

 

Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité,
Un optismiste voit l'opportunité dans chaque difficulté.

Pro D2