Réformes : du top 14 au top 12 en rugby

Moins de doublons, plus de fraicheur, moins de matches

par , le

Continuons notre voyage dans le What if/Et si… Et si la LNR changeait d'approche et réinventait son système. Le rugby a changé en 25 ans de professionnalisme et les joueurs ne peuvent plus encaisser ce qui était pensable il y a 25 ans. Plus rapides, plus denses, plus tout qui en font aujourd'hui des autobus lancés sur le pré-vert. Là, où l'on prenait une voiture il y a 20 ans, on prend le train et la gare dans le buffet. 

Paradoxalement, on joue beaucoup plus qu'avant ce qui rend la chose encore plus difficile. Nous jouons tellement qu'il y a même des doublons entre  les championnats professionnels et l'équipe de France.

Certaines voix ont commencé à s'élever et expliquer que cela était trop et que le fait de réduire la voilure permettrait de trouver plus de temps de récupérations.

il est clair que cela fait perdre 4 journées en phase régulière. 4 journées, cela fait 2 matches à domicile par club et autant de recettes en moins. La pandémie permet peut-être de rebattre les cartes et de revoir le modèle économique. Beaucoup de choses ont commencé à changer. Sur 14 clubs, seuls 2 ont augmenté leur budget. Agen qui avait le plus petit budget et Toulon qui a changé de propriétaire. Tous les autres ont vu leur budget baisser. 

En économie, nous parlons souvent de la courbe de vie d'un produit qui nait, grandit et meurt et implique la nécessité de se renouveler pour recommencer un nouveau cycle. 

Le Covid va précipiter la mort du produit Top 14. Les clubs vont devoir faire face à des pertes financières importantes et la carte risque de se recomposer avec peut-être de nouvelles forces émergentes venues de pro D2 comme Vannes ou encore Nevers.

Quel modèle donner à l'élite ? Le Top 12 permettrait de résoudre les problèmes de calendrier et de disposition des joueurs pour l'équipe de France. En revanche, la voilure financière devrait être revue à la baisse avec 15% de matches en moins (28 matches en moins, soient 154 au lieu de 182).

L'un des avantages serait surement d'avoir moins de blessés sur le long terme, notamment au niveau des traumatismes ligamentaires. 

Dans ce cas, notre pro 24 dont nous avons parlé précédemment bénéficierait de 2 renforts et serait donc composé dans la nouvelle formule de 2 rétrogradés du Top 14, 16 clubs de pro D2 et 6 clubs de nationale…

Alors, vous l'aimez l'idée ?

Autres news