Rugby : encore des interdictions !

Pas de couille, pas d'embrouille...

par , le

C'est tombé en début de semaine, les matches amicaux entre des équipes qui ne sont pas de mêmes divisions sont interdits. On n'attend pas Patrick Buisson, mais autant transformer le terrain de rugby en camping. 

On a déjà créé une division accessible via des moyens financiers, la Nationale. On va créer sa petite soeur sur le même principe, la Nationale 2. Ainsi en 2 ans, les clubs qui jouaient ensemble vont se retrouver avec 2 divisions d'écart et en plus ne peuvent plus jouer les uns contre les autres, parce qu'au train où ça va, la Fédérale 1 qui sera en fait la Fédérale 3 va surement voir ses règles changer !

Mais pourquoi ?

Je suppose que le premier argument invoqué est la sécurité des joueurs et ça commence à devenir gonflant. D'un côté, on nous explique qu'il y a trop d'écarts physiques, mais les clubs de Nationale n'hésitent pas à venir chercher des jokers médicaux en Fédérale 1 ou en Fédérale 2.

On nous explique aussi que les règles des mêlées ne sont pas les mêmes. Certes. Sauf que ces dernières années, les règles ont évolué pour favoriser la sécurité des joueurs et il serait temps de revenir sur ce règlement qui faisait déjà débat lorsqu'il a été mis en place. L'impact est plus violent dans les rucks que sur les mêlées où l'entrée est contrôlée. La poussée est vite sanctionnée, soit par un pilier qui pousse de façon irrégulière, soit parce que la mêlée recule. Quand vous avez déjà reculé d'1m50, vous avez pris une sacrée raclée. 

De surcroît dans les matches amicaux, la règle qui s'impose est celle du club le plus bas. 

Ce qui dérange dans cette interdiction, c'est que l'on considère que des clubs qui jouent en divisions fédérales, notamment 1 et 2 ont des préparations physiques insuffisantes mettant en danger les joueurs dés qu'ils jouent contre un niveau supérieur. Pourtant, un club qui monte dans ces divisions, garde en général une bonne partie de son effectif. Comment arrive-t-il à se mettre au niveau ? Comment un club qui a un budget de moins de 500 000 euros arrive à battre une équipe dont le club a un budget 5 à 6 fois supérieur ? C'est arrivé plus souvent qu'on ne le croit.

Non, la vérité est ailleurs comme dirait Mulder. La vérité est que l'on vient de lâcher un pactole de 30 millions d'euros, dont une partie a été prise sur le fond d'assurance et qu'il faut minimiser les risques d'accidents par tous les moyens. En interdisant les matches entre divisions qui ont des règles différentes, la FFR pense enlever un risque. Sauf que le risque n'a jamais été dans le jeu, mais plutôt dans les irrégularités pendant le jeu. 

A partir de la fédérale 2, le placage se fait aux jambes et il n'est plus possible de plaquer à 2. Les mêlées ne sont plus poussées dés le gain du ballon. Ces règles font que l'on assiste le plus souvent à des attaques au large, des intervalles et des passes après contact. si ça, c'est dangereux, alors, il nous reste le rugby à 5. On dégoutera plus de monde, mais on est sur qu'il n'y aura pas de grands blessés.

Autres news