cartonrouge.jpg

Ligue Aura : amateurisme pour les amateurs

Le coup de gueule du jour

par , le

Je voulais éviter de parler de la nouvelle gouvernance de la ligue Aura, parce qu'avec certaines personnes qui ont un indice QI relativement faible, on tombe vite dans le : regardez, il est aigri et patati et patata.

Comme un vrai politicien opportuniste, je me suis dit, ferme-là, ne dit rien et peut-être que Florian te donnera une place dans la prochaine gouvernance fédérale

Bref, comme d'habitude, je n'ai pas pu m'empêcher et je vous présente le coup de gueule du jour.

Lorsque j'étais à la FFR, Thierry Murie avait pour vrai adage d'écouter les clubs. Ecouter ne voulait jamais dire faire ce qu'ils demandent à tout prix, mais simplement prendre en compte les retours terrains et voir si cela était réalisable.

L'une des remontées des clubs, c'était d'éviter les journées de championnat lors de weekends de 3 jours, car ne l'oublions pas, les clubs restent des clubs amateurs. On avait donc fait le nécessaire avec des contraintes calendriers pas toujours évidentes afin de placer 22 matches dans la saison régulière.

Apparemment, en ligue Aura, on n'en a rien à faire, puisque la plupart des championnats vont jouer en ce weekend de la Toussaint, weekend de 3 jours qui plus est.  

C'est là qu'un vieux relent remonte à la surface le décalage entre le discours et les faits, digne des anciennes gouvernances. La nouvelle équipe n'a pas arrêté de parler de proximité et d'écoute pendant la campagne. Apparemment, la proximité, c'est de faire des séminaires à la Plagne et l'écoute ressemble plus à l'espionnage de ce qu'il se dit ça et là plutôt que de comprendre. 

Je m'étais déjà frotté à la commission des compétitions en 2017 et j'avais déjà été effaré à l'époque de la ligne dictatoriale de certains participants alors qu'on voulait proposer une réforme aux clubs. Heureusement, avec mon copain Lolo Bourduge, aujourd'hui passé de l'autre côté non sans raison, on avait réussi notre tour de main, avec une approbation à 70% de notre projet. 

Bref, si l'on ajoute que la FFR ferme aujourd'hui les yeux sur le fait que la ligue Aura s'est remise à taxer les clubs alors que Bernard Laporte lui-même a dit que c'était terminé, il ne manque plus que le retour du bon vieux voyage en Afrique du Sud avec les ?copains? sur le dos des licenciés de la ligue pour comprendre que les gouvernants reviennent avec de soi-disantes visions, mais que la vue est toujours étriquée.

Autres news