/tmp/phpaLyp2I

All blacks, all reds!

La règle et l'esprit de la règle...

par , le

Il y a quelques années, je m'énervais contre la formation de nos arbitres, peu reconnus sur la scène internationale. Les choses ont depuis bien changé. La France sera la première nation représentée au Japon et c'est une grande première. Cela souligne le virage qui a été pris il y a quelques années avec notamment la professionalisation du corps arbitral.

Je dois dire que depuis 2011 et la finale de coupe du monde, je pensais comme beaucoup que l'arbitrage envers les blacks était assez différent au point de penser que seuls les Néo-Zélandais comprenaient les règles. Là aussi, cela a bien changé. En 2 ans, 2 all-blacks ont été expulsés, soit autant qu'en 90 ans auparavant. Et ça, c'est le fait de Jérôme Garcès. Après Sonny Bill Wi!liams en 2017, le french referee vient de remettre le couvert en renvoyant aux vestiaires Steve Barrett, le deuxième ligne. 

Pour vous donner une idée, seuls Cyril Brownlie en 1925 et Colin Meads en 1967 avaient été expulsés dans l'histoire de la fougère.

Ce qui est intéressant, c'est que les journaux Néo-Zélandais critiquent les décisions. Un journaliste a même écrit que Garcès appliquait trop la règle, mais pas l'esprit.

Il est bon pour le Rugby mondial que les blacks gagnent. Ce sont des virtuoses du Rugby, des maîtres à jouer. Mais quand cela ne se passe pas comme prévu, la partition se remplit de fausses notes. On l'a vu en 2011. Vous viendrait-il à l'idée de critiquer Mozart, De Vinci ou encore Audiard ?

L'arbitrage Français a remis les choses à plat, froid et méthodique. Au même moment où les blacks réclament le droit au plaquage haut ou encore à l'inadvertance du coude sur la nuque en tombant, le Rugby, sous l'impulsion de la France essaye de combattre les comotions et les gestes dangereux.

L'esprit de la règle ? C'est une excuse pour permettre de faire des choses qui ne sont pas dans la norme. Imaginons qu'on laisse le geste de Barrett impuni. La coupe du monde arrive et cette fois-ci la même faute aboutit à un accident grave à l'instar de celui de Max Brito en 1995. 

Quels seront les discours ? On savait, mais on a rien dit parce que c'était les All-Blacks ?

Jérôme Garcès semble être soucieux du danger dans les gestes et justement avec cette visibilité, ce passif que l'on porte aujourd'hui où les gens pensent que le Rugby est devenu trop dangereux, l'arbitre doit être le garant de l'esprit, non pas de la règle, mais du jeu.

Quant à l'esprit, les All-blacks feraient bien de le retrouver avant la coupe du monde. On se rappellera le mètre gagné par l'autre Barrett lors de Nouvelle-Zélande / Afrique du Sud, qui ne donne pas, encore une fois, une bonne image de ce que l'on attend du Rugby.

Autres news