La fédérale 1 en danger !

Division sacrifiée...

par , le

On verra !  C'était l'une des déclarations du Vice-président en charge du rugby amateur lorsqu'on lui posait la question sur la suite des événements. Que l'on soit pour ou contre la division nationale elle a été mise en place dans la précipitation afin d'éviter un camouflet auprès des clubs et 20 rétrogradations initialement prévues. Cela se voyait trop et nous avions dés la fin mars expliqué qu'avoir 60 clubs en Fédérale 1 était la première étape vers cette division.

Lorsque l'on va trop vite, notre réflexion reste focalisée sur l'objectif et beaucoup moins sur les effets de bords et les conséquences de décisions hâtives. Le premier effet a été le jumelage des espoirs et le sacrifice de la formation dans des clubs qui avaient des espoirs en élite. Même les présidents de clubs, tellement obnubilés par cette nationale ont réagi à posteriori.

Maintenant, que reste-t-il de la Fédérale 1. 14 des 18 clubs les plus en vue de la Fédérale ont leur propre division. Il y a donc une répercussion importante sur la Fédérale où les favoris de demain étaient difficilement des outsiders d'aujourd'hui.

Le premier oubli de la fédération a été l'observation post-pandémie des clubs. tous les clubs s'accordent à dire qu'ils vont perdre 30 à 40% de sponsoring, sans compter les subventions qui risquent d'être réorientées vers des actions sociales. La fédérale 1 risque 'être la division sacrifiée. Voici les points qui peuvent envoyer les clubs dans le mur.

3 poules de 11 : un manque à gagner !

Il y aura donc 3 poules de 11 si l'on en reste là. On ne voit pas la FFR aller chercher des clubs en Fédérale 2, car il faudra aller en cherche en Fédérale 3 et donc en séries pour combler les promotions. Les poules de Fédérale 2 et 3 étant déjà publiés, c'est compliqué.

Une poule de 11, c'est déjà illisible en terme de progression, les clubs n'ayant pas le même nombre de matches tout au long d'une phase. De surcroît, cela fait 2 matches en moins pour chaque club. Certains vous diront que ce que l'on ne gagne pas d'un côté, on ne le dépense pas de l'autre, sauf que les clubs ont des aides de la FFR pour les déplacements. En revanche, enlever un match, c'est une perte qui peut aller de quelques milliers d'euros à plusieurs dizaines si c'est un derby. 

Perte de derbys : des milliers d'euros perdus par match 

Le président de Tyrosse avouait, il y a deux saisons que ne pas mettre Dax dans la même poule serait un manque à gagner de 50 000 euros. De même, Tarbes est enlevé à Bagnères de Bigorre et Lannemezan. Le président Piguet à Mâcon, chiffre la perte des derbys pour cette saison à 160 000 euros. Il y aura aussi des pertes conséquentes pour les clubs Tarnais avec l'absence d'Albi. Blagnac va aussi manquer autour de Toulouse.

Nous pouvons aussi parler de Vienne qui perd le voisin Berjallien, mais qui pouvait attirer du monde aussi avec Bourg en Bresse, Chambéry ou encore Aubenas. À Villeurbanne, Gérard Gabet, en votant contre, a voulu expliquer la répercussion pour son club. Sans ces clubs Rhône-alpins et avec la rétrogradation de Villefranche sur Saône, il va falloir trouver d'autres ressources. 

Du côté de Paris, Drancy se retrouve sans Massy, ni Suresnes, le sud-est perd Nice et un club comme Nîmes qui arrivait à faire le plein avec des affiches, se retrouve sans Bourg-en-Bresse, Aubenas, Bourgoin, Narbonne, ni Blagnac qui avait fait venir du monde la saison d'avant.

La perte globale de recettes dépassera largement le million d'euros pour les les clubs de Fédérale 1.

Les retransmissions TV

Est-ce que l'équipe TV va se concentrer sur la nationale et ne plus diffuser la Fédérale 1 ? Si c'est ce le cas, ce sont  encore des ressources de perdues. Non pas que les droits TV soient importants, mais la commercialisation du match autour de partenaires avec une diffusion nationale en clair est compromise. 

La fédérale 1 a donc été sacrifiée sur l'autel du professionnalisme et de cette obsession de croire qu'un championnat doit préparer à la division supérieure. L'impact sur les saisons suivantes risque dtre importante. 

Si déjà des clubs non-préparés en Nationale pourraient boire le bouillon rapidement, la rétrogradation de la Fédérale 1 et de ce qui faisait son atout auront des conséquences sur l'économie des clubs, tout cela amplifié avec une crise économique post-pandémie qui amplifiera les effets d'un projet mal élaboré et déclenché sans vérifier les points de vigilance.

 

Autres news