Réformes : une pro D2 à 24 clubs

L'idée fait son chemin, la LNR met des feux rouges

par , le

J'ai eu l'immense privilège de revenir à la radio ce lundi dans l'émission Côté Ouvert de Radio Rugby. On peut dire que toute la diversité du rugby était représentée puisqu'on avait des représentants de clubs pros et amateurs et ma pomme pour dire ce que certains appellent des conneries mais qui restent mes convictions.

Ce qui m'a fait plaisir, c'est Christian MOSNA qui représentait Carcassonne a relancé l'idée d'une Pro D2 à 24 clubs et que je soutiens cette idée à 100%. Alors quand un Gaillacois et un Nîmois s'entendent sur un sujet, c'est qu'on est dans le vrai !

Pourquoi 24 clubs en pro D2 ?

Parce que depuis plusieurs saisons, la vraie problématique financière se situe entre le milieu de la pro D2 et le haut de la fédérale 1. On a essayé, il y a quelques années avec la poule élite de tenter quelque chose, pensant que ça réduirait l'écart, chose qui ne s'est pas spécialement révélée exacte. En revanche, nous avons eu une hécatombe de problèmes financiers : Auch, Limoges, Saint Nazaire, Lille, Chalon sur Saône sans compter les ambitieux comme bobigny, Libourne, Périgueux y ont laissé leurs espoirs. 

Pourtant, la logique est imparable : lorsque l'on resserre une division, on ne tire pas seulement le niveau vers le haut, on tire les exigences. Qui dit exigence, dit moyens, qui dit moyens, dit prise de risque. Et là, les clubs commencent à vivre au-dessus de leurs moyens, ceux du dessous se renforcent pour éviter la sanction, les autres perdent des partenaires parce qu'ils perdent tous les weekends et à la fin tout le monde explose. 

La crise Covid va provoquer une nouvelle catastrophe sportive et des clubs vont aller à la casse. Nous pouvons éviter ça en repensant un vrai système et une pyramide qui a du sens : 2 poules de 12

8 matches en moins mais plus de derbys

Effectivement, au lieu d'avoir 30 matches de saison régulière, il n'y en aura plus que 22. Mais bon, le Top 14 en comporte 26 et cela pose déjà des problèmes de calendrier. 22 semble être le bon nombre de matches, il n'y a qu'à voir les championnats étrangers.

Il y a de nombreux avantages. Plus de temps de récupération, moins de blessés et la possibilité d'avoir des phases finales à l'ancienne qui manquent cruellement au rugby aujourd'hui.

L'autre avantage, c'est que l'on peut y introduire un côté marketing intéressant en séparant est et ouest, en permettant de créer un All Stars comme au basket. En tout état de cause, on renforce les derbys, des Carcassonne/Narbonne attirent plus de 10 000 personnes, tout comme un Bourg en Bresse/Oyonnax. On rapproche les clubs, moins de distances et un meilleur maillage du territoire en terme de visibilité.  

24 clubs, mais lesquels ?

On prendrait les 8 meilleurs de Nationale, sauf si on transforme le Top 14 en Top 12, il en resterait 6, ce qui correspond aux prétendants actuels à la pro D2. 1 promotion et 1 rétrogradation par poule. Au lieu d'avoir 1 chance sur 8 de descendre, vous avez une chance sur 12. De ce fait, le championnat se stabilise et ceux qui descendent n'ont vraiment rien à dire à l'inverse de Bourg-en-Bresse rétrogradé il y a deux saisons en ayant 60 points ! Du jamais vu ! 

Top 12, pro 24, Fédérale 1 à 48 clubs, Fédérale 2 à 96 clubs, Fédérale 3 à 192 clubs et seulement 3 divisions en séries régionales. Si c'était ça la bonne formule et si c'était le moment de changer…

 

Autres news