La réforme Fédérale qui ne sert à rien

L'idée était que tous les clubs jouent à leur niveau

par , le

Bien sur, certains y verront de l'aigreur, de la rancune ou encore tout autre sentiment qui sont loin de ma réflexion. J'ai toujours été dans le présent et j'aimerais que tout aille mieux, parce que le rugby, c'est quand même le top des sports collectifs, avec peut-être la natation synchronisée. 

Bref, on nous a parlé d'une réforme en plusieurs temps des championnats fédéraux. Sauf que cela ne donne pas l'impression qu'on ait compris ni la situation, ni les problèmes. 

On a changé le bouchon pour en mettre un plus étroit

En fait, la seule réforme visible qui se passe en deux temps est de transformer la Fédérale 1 en 3 divisions : Nationale, Nationale 2 et Fédérale 1. Cette réforme n'a pas été pensée, mais adaptée suite à une très mauvaise idée que n'importe quel mathématicien aurait empêché : faire monter les clubs sans rétrograder. 

En fait, la tromperie est sur les noms. On ne peut plus dire que la fédérale 2 sera la Fédérale 2 l'année prochaine. En fait, la Fédérale 1 s'appelle désormais Nationale, la Fédérale 2 sera la Nationale 2 et la Fédérale 1, la Fédérale 3, soient les niveaux 3, 4, 5 des championnats avant Covid. 

La fédérale 2, qui était le championnat le plus équilibré va aussi connaitre un bouleversement qui risque de ne pas aller dans le bon sens. Elle va perdre 24 clubs pour compenser les accessions en Fédérale 1 et récupérer autant en Fédérale 3 pour combler. Sauf que de ce qu'on a vu, les promotions se font au niveau du classement national et ainsi la géographie risque d'être modifiée et déséquilibrée.

Ensuite, on a la Fédérale 3 actuelle qui sera donc l'équivalent de la Promotion d'Honneur d'avant, devenant un championnat hybride avec la pré-fédérale (honneur).

Tout ça pour passer de 11 divisions à 10, ce qui ne résout aucun des problèmes importants. 

Problème le plus important : avoir des championnats de séries avec suffisamment de club

Là aussi ion a pris le problème à l'envers. On impose un pourcentage des clubs dans les compétitions régionales (20%, 20%, 30%), sauf que l'on n'a pas assez de clubs dans certaines ligues. Ce modèle est basé sur la ligue Occitanie qui a le plus de clubs et une densité qui serait l'idéal pour toutes les ligues.

Sauf que dans certaines ligues, à commencer par la ligue Aura, lorsque l'on est en 2ème, 3ème ou 4ème série, on peut faire plus de kilomètres que la Fédérale 2  avec bien sur beaucoup moins de moyens. 

Il faut donc trouver de nouvelles équipes pour aider ces championnats.

La fausse idée des équipes réserves ou espoirs

Lorsque Thierry Murie a sondé les clubs de Fédérale 1 à son arrivée, ceux-ci, pour la majorité, on expliqué que la Nationale B, réserve de l'équipe 1 posait des problèmes car elle coutait chère en déplacements et qu'il fallait trouver un nouveau format. 

Thierry a proposé alors de créer un championnat espoirs afin de créer le lien entre les juniors et l'équipe 1, avec des montées et descentes dans tous les championnats espoirs. Volonté de formation, vrai championnat avec des enjeux, la première année a montrée que les meilleurs espoirs faisaient des feuilles de match en équipe 1.

Avec le covid, ce raisonnement a totalement été mis à mal et on a décidé de remettre les espoirs avec les équipes 1. A l'arrivée, on a un semblant de Belascain avec les mêmes conséquences : des disparités et de la démotivation qui va faire fuir les joueurs.

Jouer à son niveau avec suffisamment d'équipes dans tous les championnats

Notre idée n'est pas nouvelle et voulait avoir 8 niveaux nationaux et un niveau “open” pour que les petits clubs puissent faire des matches officiels sans contraintes.

Lors de la victoire de Périgueux face à Beauvais, 162-0, j'ai voulu savoir où se situait se score dans la hiérarchie des matches à gros écarts. J'ai donc fait une extraction sur une base de 155 000 matches que l'on a en mémoire sur RF.

Dans les 25 premiers “gros scores” sur 155 000 résultats , 13 concernent les résultats des réserves de Fédérale 3, soit 52%. Sur les 100 premiers résultats, 59% concernent des réserves, 14% les championnats cadets. On a trouvé 1 match de Fédérale 1 qui avait un très gros score. LOU / Sérignan, le 9 mai 2001 avec une victoire des Lyonnais 112 à 7. Le match suivant était un Nevers / Mauléon du 16 janvier 2016 sur le score de 94 à 5 à la 193ème place de notre classement. 

Tout ça pour dire, que si l'on veut réformer les championnats et éviter une perte de licenciés, c'est dans les réserves qu'il faut regarder. On a environ 500 équipes qui jouent des championnats sans véritables enjeux, puisque les qualifications en phases finales sont réservés à peu de clubs. 

Imaginez 500 équipes qui peuvent être jumelées avec des clubs de niveaux inférieurs pour créer des ententes et avoir ainsi suffisamment de clubs pour faire un championnat. C'est ça la clé et la on ne parle plus du bouchon de la bouteille, mais bien d'une bouteille remplie…


 

Autres news