3° mi-temps

Le déplacement géographique du rugby

#1

  • Bernard
  • Administrateur
  • 10/06/2004
  • Msg : 5 901

Le rugby a-t-il été, est il, doit il être l’apanage du sud ouest ?

Longtemps on a entendu autour des stades dans certains média dire d’un ton péremptoire « Le rug(b)y c’est le sud ouest », une façon de dire que ce sport n’à pas droit de cité ailleurs et pourtant, il est bien arrivé en France par le nord du pays ce drôle de ballon. Après il est vrai qu’il s’est plus épanoui  au soleil, peut être moins concurrencé par le ballon rond ou d’autres pratiques, convenons en.

Peut-on penser que cette situation de presque monopole à fini par le desservir dans cette belle région, une époque en or avec beaucoup (trop) de clubs, des joueurs à la pelle qui restaient fidèles si ce n’est à un club au moins à ses voisins proches, un fonctionnement local pas très onéreux qui convenait  à tous.

Pendant ce temps là, au nord, quelques uns tentaient tant bien que mal de perdurer ou de se lancer dans l’aventure, mais quand on part de rien ou de pas grand-chose, c’est un peu plus compliqué, il fallait intéresser les mairies, trouver des équipements, des fonds attirer des joueurs ou entraineurs de qualité pour faire progresser les siens et çà prenait du temps, la passion et l’engagement, la diversification des financements, finirent par payer et quelques clubs arrivèrent à se faire une place dans le monde de l’ovalie. La difficulté pour atteindre leur but les a t’ils rendu plus solides?

Ceux du sud ouest n’ont-ils pas pris la mesure de la « menace» pour s’inspirer des méthodes de ceux là ? Ce sont ils reposé trop longtemps sur leurs acquis ? Difficile à dire, mais le fait est que le rugby s’expatrie de plus en plus, bonne chose, mauvaise chose, chacun aura sa vision,  de là à dire que c’est uniquement le fait d’un complot visant à « tuer » les uns en favorisants sciemment les autres, il y à un pas, que dis-je un fossé que certains aujourd’hui n’hésitent pas à franchir en occultant les aspects qui pourraient les mettre en cause.

#2

  • Ravachol
  • Membre
  • 01/01/2014
  • Msg : 11 862

Excellente question mais qu'il faut affiner : parles-tu du rugby de clocher ou du rugby-spectacle qui sont aussi proches l'un de l' autre que la côte de boeuf et le steack de tofu ?

La Nationale B est morte assassinée, vive la Nationale B !

#3

  • Bernard
  • Administrateur
  • 10/06/2004
  • Msg : 5 901

Ce n'est qu'une reflexion que je tenais à partager, comme un bon fromage, pour l'affinage, aux cavistes de s'en charger, tant qu'il existe des passerelles entre "rugby spectacle" et "rugby champêtre", les deux sont concernés.

#4

  • papajoxet
  • Plasterman
  • 12/11/2005
  • Msg : 10 887

Ravachol a écrit :

Excellente question mais qu'il faut affiner : parles-tu du rugby de clocher ou du rugby-spectacle qui sont aussi proches l'un de l' autre que la côte de boeuf et le steack de tofu ?

keske c'est dégueulasse le tofu pouwaaaaaa!!!!!!!

"SAVOIR SE CONTENTER DE CE QUE L'ON A:C'EST ETRE RICHE"
....LAO TSEU....père fondateur du Taoïsme

"L'Homme qui murmurait à l'oreille des pottok

#5

  • Ravachol
  • Membre
  • 01/01/2014
  • Msg : 11 862

Bon, alors, commençons par le rugby-spectacle : oui, le rugby-spectacle peut s'installer partout, y compris sur la lune, il suffit simplement que l' entrepreneur de spectacle ait, financièrement, les reins solides.

Un seul exemple, Dubaï qui, depuis longtemps, propose un des tournois mondiaux à VII les plus cotés.

Un autre exemple, la Roumanie : quand Ceaucescu a décidé de faire briller son pays par le sport il a créé un championnat militaire qui s' apparentait à un championnat pro et son équipe nationale a fait souffrir les plus grands dont régulièrement la France. Exit Ceaucescu, exit le rugby de haut niveau en roumanie.

Le problème du rugby-spectacle c'est que l' entreprise de spectacle dure économiquement dans le temps, et ça ce n'est pas gagné, d'autant que nombre de ces entrepreneurs de spectable pensent fonctionner aux frais du contribuable, ce qui conduit très rapidement a dépôt de bilan et liquidation, Strasbourg, Lille, Marseille, j'en passe et des pires.

Donc, oui, le rugby-spectacle peut s'implanter partout, perdurer est un tout autre problème.

La Nationale B est morte assassinée, vive la Nationale B !

#6

  • Jean-Luc
  • Membre
  • 29/06/2011
  • Msg : 4 218

Sauf avec des franchises qui peuvent se déplacer au gré des partenariats publics ou privés locaux. 

#7

  • Ravachol
  • Membre
  • 01/01/2014
  • Msg : 11 862

Jean-Luc a écrit :

Sauf avec des franchises qui peuvent se déplacer au gré des partenariats publics ou privés locaux. 

Nous sommes d' accord, mais la franchise implique que tout le système soit reconstruit.

En utilisant la baguette magique Cardona pour hisser Rouen en pro la LNR a-t-elle déjà une ligue fermée franchisée pour objectif, c'est une question que je me suis posée.

La Nationale B est morte assassinée, vive la Nationale B !

#8

  • R2D256
  • Membre
  • 08/02/2019
  • Msg : 80

Le rugby spectacle est devenu professionnel. 

Ceci induit que pour survivre il faut remplir 2 cas de figures.:

1°) le mécène qui pourvoit aux deficits .

Cette solution n'est pas pérennes car elle ne survit pas au mécène qui parfois se lasse d'eponger avant de disparaître lui meme.

2°) L'echelle economique

Si votre club ne se situe pas dans un bassin economique ou de multiple sponsors/partenaires peuvent apporter un financement suffisant + une population capable de remplir le stade a prix non bradés,  alors vous disparaissez. 

Il faut aussi ajouter la notion de concurrence avec le foot, le basket, le hand etc....

Si l'agglo fait moins de 200000 hab, vous pouvez jouer si pas de concurence(La Rochelle, Brive, Castres etc...), sinon plus compliqué meme si vous etes au dessus de 200000(Nantes, Lille, Marseille, Strasbourg) surtout si la region n'est pas de culture rugby.

Pour le rugby des champs, il est intéressant de voir que sur le bords des terrains en Bretagne, lors des match de jeunes,  on entends  pas que du Breton mais un peu tous les accents du Sud et meme du Britannique !

Cet apport d'expertise (et de passion) nous aide.

Ce phénomène doit exister en Normandie et haut de France,  peut etre moins dans l'est.

Le problème pour faire évoluer le niveau des jeunes est le manque de densité .peu d'equipes et peu de joueurs par equipe(voir nombre de licencies dans les comités...

Donc glissement vers le nord, mais lent.

 

 

Au début,  les bretons n'avaient pas de ballon, ils jouaient avec des petits menhirs. Évidemment ils jouaient à la main. Y en a qui ont essayé de jouer au pieds, ils ont eu des problèmes.

#9

  • Xicon64
  • Membre
  • 17/05/2013
  • Msg : 19 721

Ravachol a écrit :
Jean-Luc a écrit :

Sauf avec des franchises qui peuvent se déplacer au gré des partenariats publics ou privés locaux. 

Nous sommes d' accord, mais la franchise implique que tout le système soit reconstruit.

En utilisant la baguette magique Cardona pour hisser Rouen en pro la LNR a-t-elle déjà une ligue fermée franchisée pour objectif, c'est une question que je me suis posée.

Dans franchise,il y a franchise..??.. et quand ca draine autant de pognon,ca me gene quelque part aux entournures...!! 

Le rugby de clocher c'est donc pour mouiller le maillot pour le dit clocher et donc ceux qui habitent autour,le maillot,les juenes qui ont grandit dans le coin ou ceux qui y sont venus enrichir

Rien ne vaut le rugby en F3-Retour aux clochers des villages et des valeurs du maillot,les vraies.....

827w.gif

#10

  • VileCarlingue
  • Membre
  • 29/09/2015
  • Msg : 68

Ravachol a écrit :
Jean-Luc a écrit :

Sauf avec des franchises qui peuvent se déplacer au gré des partenariats publics ou privés locaux. 

Nous sommes d' accord, mais la franchise implique que tout le système soit reconstruit.

En utilisant la baguette magique Cardona pour hisser Rouen en pro la LNR a-t-elle déjà une ligue fermée franchisée pour objectif, c'est une question que je me suis posée.

Effectivement, le système devra être entièrement repensé  en cas de mise en route des franchises. Cela implique une remise à plat pour tout le monde, y compris les pensionnaires de longue comme Toulouse et Clermont. Mais cela veut dire aussi que n'importe qui pourra intégrer le dit système sans passer par la case accession sportive. 

Finalement, le championnat qui s'est le plus rapproché d'un tel système n'est pas celui de la LNR, top14 / proD2, mais plutôt l'ex poule élite de F1.

Sur un autre sujet, j'avais déjà évoqué l'opportunité des franchises "chapeautées" par la ligue. Ligue qui reste le seul employeur des joueurs, et les met à disposition des franchises pour une ou plusieurs saisons. Elle garde ainsi le contrôle des joueurs et en dispose pour les joutes internationales. Quant, aux franchises, elles jouent 40 matchs par an, y compris pendant les doublons. Ça permet un volume suffisant pour assumer le modèle éco sport spectacle et de délocaliser pour certaines le lieu des rencontres à domicile. Les 12 autres semaines sont dévolues aux vacances et à la préparation.

Pour faire lien avec le sujet, un tel système de franchises est plus favorable au maillage équilibré du rugby de haut niveau. En éliminant le facteur risque engendré par les accessions / relégations sportives, on fidélise plus aisément les partenaires du projet. 

Si de telles dynamiques parviennent à émerger un peu partout, alors les clubs de territoires dits difficiles, où le rugby reste trop confidentiel, pourront s'appuyer sur ces vitrines et attirer quelques gamins dans leurs structures.

Quant aux clubs actuels, ils continueront d'évoluer dans des championnats fédéraux via leur structure associative et continueront d'assurer la formation. Et rien ne les empêche d'ailleurs de mettre des billes dans la franchise locale pour essayer d'en tirer des bénéfices ! L'avantage, c'est qu'il n'y aura pas besoin de polémiquer sur une fusion impensable entre Bayonne et Biarritz ou entre Mont-de-Marsan et Dax. Ils continueront bien à s'étriper sur le près !

Enfin, je soupçonne les administrateurs de ce site de fausse modestie car si le Sud-Ouest est effectivement dense en clubs, l'Est de la France, autour du Lyonnais, ne l'est pas beaucoup moins !

#11

  • R2D256
  • Membre
  • 08/02/2019
  • Msg : 80

Si le système de granchises devait se mettre en place, je re commande chaudement un systeme type NBA qui demontre année après année sa performance. 

Equilibre financier avec un VRAI salary cap, equilibre sportif avec les drafts qui permettent l'intégration de jeunes tous ans, equilibre territoriaux avec des equipes de "youth leagues" qui permettent de faire jouer des joueurs en difficulté .

Ce système permet de renouveler les equipes dominantes ( pas comme au foot), des echanges de joueurs qui ne mettent pas les budgets en péril et permettent des championnats plus serrés. 

Mais il y a eu des echecs dans des villes ou il y avait trop de concurence( foot, soccer, baseball).

Au début,  les bretons n'avaient pas de ballon, ils jouaient avec des petits menhirs. Évidemment ils jouaient à la main. Y en a qui ont essayé de jouer au pieds, ils ont eu des problèmes.

#12

  • Barack
  • Membre
  • 22/04/2015
  • Msg : 2 560

R2D256 a écrit :

Le rugby spectacle est devenu professionnel. 

Ceci induit que pour survivre il faut remplir 2 cas de figures.:

1°) le mécène qui pourvoit aux deficits .

Cette solution n'est pas pérennes car elle ne survit pas au mécène qui parfois se lasse d'eponger avant de disparaître lui meme.

2°) L'echelle economique

Si votre club ne se situe pas dans un bassin economique ou de multiple sponsors/partenaires peuvent apporter un financement suffisant + une population capable de remplir le stade a prix non bradés,  alors vous disparaissez. 

Il faut aussi ajouter la notion de concurrence avec le foot, le basket, le hand etc....

Si l'agglo fait moins de 200000 hab, vous pouvez jouer si pas de concurence(La Rochelle, Brive, Castres etc...), sinon plus compliqué meme si vous etes au dessus de 200000(Nantes, Lille, Marseille, Strasbourg) surtout si la region n'est pas de culture rugby.

Pour le rugby des champs, il est intéressant de voir que sur le bords des terrains en Bretagne, lors des match de jeunes,  on entends  pas que du Breton mais un peu tous les accents du Sud et meme du Britannique !

Cet apport d'expertise (et de passion) nous aide.

Ce phénomène doit exister en Normandie et haut de France,  peut etre moins dans l'est.

Le problème pour faire évoluer le niveau des jeunes est le manque de densité .peu d'equipes et peu de joueurs par equipe(voir nombre de licencies dans les comités...

Donc glissement vers le nord, mais lent.

 

 

Le nombre de licenciers dans le Nord n'a rien à envier aux comité du Sud. Le rugby y est implanté depuis de nombreuses années.

Le problème est l'accès au haut niveau (des jeunes notamment) et il n'y a pas suffisamment de moyens à ce niveau.

 

#13

  • papajoxet
  • Plasterman
  • 12/11/2005
  • Msg : 10 887

Barack a écrit :
R2D256 a écrit :

Le rugby spectacle est devenu professionnel. 

Ceci induit que pour survivre il faut remplir 2 cas de figures.:

1°) le mécène qui pourvoit aux deficits .

Cette solution n'est pas pérennes car elle ne survit pas au mécène qui parfois se lasse d'eponger avant de disparaître lui meme.

2°) L'echelle economique

Si votre club ne se situe pas dans un bassin economique ou de multiple sponsors/partenaires peuvent apporter un financement suffisant + une population capable de remplir le stade a prix non bradés,  alors vous disparaissez. 

Il faut aussi ajouter la notion de concurrence avec le foot, le basket, le hand etc....

Si l'agglo fait moins de 200000 hab, vous pouvez jouer si pas de concurence(La Rochelle, Brive, Castres etc...), sinon plus compliqué meme si vous etes au dessus de 200000(Nantes, Lille, Marseille, Strasbourg) surtout si la region n'est pas de culture rugby.

Pour le rugby des champs, il est intéressant de voir que sur le bords des terrains en Bretagne, lors des match de jeunes,  on entends  pas que du Breton mais un peu tous les accents du Sud et meme du Britannique !

Cet apport d'expertise (et de passion) nous aide.

Ce phénomène doit exister en Normandie et haut de France,  peut etre moins dans l'est.

Le problème pour faire évoluer le niveau des jeunes est le manque de densité .peu d'equipes et peu de joueurs par equipe(voir nombre de licencies dans les comités...

Donc glissement vers le nord, mais lent.

 

 

Le nombre de licenciers dans le Nord n'a rien à envier aux comité du Sud. Le rugby y est implanté depuis de nombreuses années.

Le problème est l'accès au haut niveau (des jeunes notamment) et il n'y a pas suffisamment de moyens à ce niveau.

 

Ici en Akitaine il y a un club par village et dans les villes certaines en ont 2,3,4,5

"SAVOIR SE CONTENTER DE CE QUE L'ON A:C'EST ETRE RICHE"
....LAO TSEU....père fondateur du Taoïsme

"L'Homme qui murmurait à l'oreille des pottok

#14

  • delcaro
  • Membre
  • 23/01/2016
  • Msg : 807

papajoxet a écrit :
Barack a écrit :
R2D256 a écrit :

Le rugby spectacle est devenu professionnel. 

Ceci induit que pour survivre il faut remplir 2 cas de figures.:

1°) le mécène qui pourvoit aux deficits .

Cette solution n'est pas pérennes car elle ne survit pas au mécène qui parfois se lasse d'eponger avant de disparaître lui meme.

2°) L'echelle economique

Si votre club ne se situe pas dans un bassin economique ou de multiple sponsors/partenaires peuvent apporter un financement suffisant + une population capable de remplir le stade a prix non bradés,  alors vous disparaissez. 

Il faut aussi ajouter la notion de concurrence avec le foot, le basket, le hand etc....

Si l'agglo fait moins de 200000 hab, vous pouvez jouer si pas de concurence(La Rochelle, Brive, Castres etc...), sinon plus compliqué meme si vous etes au dessus de 200000(Nantes, Lille, Marseille, Strasbourg) surtout si la region n'est pas de culture rugby.

Pour le rugby des champs, il est intéressant de voir que sur le bords des terrains en Bretagne, lors des match de jeunes,  on entends  pas que du Breton mais un peu tous les accents du Sud et meme du Britannique !

Cet apport d'expertise (et de passion) nous aide.

Ce phénomène doit exister en Normandie et haut de France,  peut etre moins dans l'est.

Le problème pour faire évoluer le niveau des jeunes est le manque de densité .peu d'equipes et peu de joueurs par equipe(voir nombre de licencies dans les comités...

Donc glissement vers le nord, mais lent.

 

 

Le nombre de licenciers dans le Nord n'a rien à envier aux comité du Sud. Le rugby y est implanté depuis de nombreuses années.

Le problème est l'accès au haut niveau (des jeunes notamment) et il n'y a pas suffisamment de moyens à ce niveau.

 

Ici en Akitaine il y a un club par village et dans les villes certaines en ont 2,3,4,5

Le nombre de licenciés en IDF est aussi conséquent que dans d'autres comités et

peut être et je dis bien peut être que le Rugby champêtre est "mort" avec le Rugby champagnelaugh et

cela nous fera gagner la Coupe du Monde grâce au nouveau territoire rugbystique

 

Dernière modification par delcaro (29/05/2019 21:25:24)

#15

  • VileCarlingue
  • Membre
  • 29/09/2015
  • Msg : 68

Je vous invite à aller jeter un oeil aux résultats des CDF de séries territoriales sur france finales rugby (parce que le comité d'origine est mentionné devant le nom de chaque équipe). C'est assez édifiant !

Si les écarts de niveaux entre chaque ligue sont lissés dans les divisions fédérales, et dans une certaine mesure en honneur et Ph, c'est loin d'être le cas en-dessous. Les équipes d'Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine ont tendance à surclasser les débats en infligeant des scores très lourds aux clubs des autres ligues (à quelques exceptions près évidemment). C'est à se demander si le fond du panier de 4ème série des comités dominateurs ne joueraient pas les cadors s'ils étaient inscrits dans des comités plus faibles...

#16

  • 2.28 fois - que la sup
  • légume, légume, légume
  • 30/04/2007
  • Msg : 2 603

R2D256 a écrit :

1 - Si le système de granchises devait se mettre en place, je re commande chaudement un systeme type NBA qui demontre année après année sa performance. 

- 2 Equilibre financier avec un VRAI salary cap, equilibre sportif avec les drafts qui permettent l'intégration de jeunes tous ans, equilibre territoriaux avec des equipes de "youth leagues" qui permettent de faire jouer des joueurs en difficulté .

3 - Ce système permet de renouveler les equipes dominantes ( pas comme au foot), des echanges de joueurs qui ne mettent pas les budgets en péril et permettent des championnats plus serrés. 

4 - Mais il y a eu des echecs dans des villes ou il y avait trop de concurence( foot, soccer, baseball).

1 - Totalement d'accord avec toi mais avec certains bémols (notamment NBA).
2 - Equilibre finanancier avéré (Salary Cap en NBA ou autres sports US) avec intégration des futures "stars".
3 - Sauf si une équipe "sabote" volontairement sa saison pour bénéficier du 1er choix de la draft.
4 - Pas que la concurence : certains étudiants NCAA refusaient la draft (un peu comme certains joueurs rugby "catégorie Espoirs" en France disent : " voyez ça avec mon agent" 

#17

  • VileCarlingue
  • Membre
  • 29/09/2015
  • Msg : 68

J'ai cru comprendre qu'avant de jouer en NBA via un système de draft, les joueurs étaient tous issus d'équipes universitaires. Et avant d'intégrer les universités ? D'où ces joueurs proviennent-ils ? Est-ce à dire que c'est le système éducatif dans son ensemble qui assure la formation des joueurs ? Si c'est le cas, cela fait une différence notoire avec le rugby français (et même le sport français dans son ensemble) où ce sont plutôt les clubs qui assurent cette mission. Avec des objectifs propres à chacun.

#18

  • bgs31
  • Membre
  • 28/09/2012
  • Msg : 1 696

Non, le Rugby n'est pas l'appanage du Sud-Ouest.

Le Rugby est un sport national, peut et doit se jouer sur tous les terrains de France.

Le Rugby est bien representé dans le paysage français.

Seuls les territoires allant de la Basse Normandie à l'Est de la France (hormis Rouen et l'Ile de France) ont du mal à percer au niveau au dessus de la
Fédérale2.

Il serait bienvenue que la Fédération envisage des évènements forts dans ces territoires pauvres en Rugby comme l'organisation des 1/2 finale du Top14 à Strasbourg,
, à Lille ou Le Havre le match de la finale ProD2.

Il faudrait aider ces territoires pauvres en Rugby pour que les clubs puissent faire la promotion de ce sport dans les écoles ou collèges, organiser des tournois de jeunes, des tournois de rugby à 5, 7, 10 ou 12.
Inviter les scolaires lors des matchs de Fédérale2&3, etc...

#19

  • Patrick MAUCONDUIT
  • Membre
  • 17/12/2018
  • Msg : 323

ne jamais perdre de vue que le rugby en France est né au Havre

#20

  • delcaro
  • Membre
  • 23/01/2016
  • Msg : 807

Patrick MAUCONDUIT a écrit :

ne jamais perdre de vue que le rugby en France est né au Havre

Oui et le jeu aussi avec René DELEPLACE novateur dans le rugby et venant du NORD 

#21

  • delcaro
  • Membre
  • 23/01/2016
  • Msg : 807

delcaro a écrit :
Patrick MAUCONDUIT a écrit :

ne jamais perdre de vue que le rugby en France est né au Havre

Oui et le jeu aussi avec René DELEPLACE novateur dans le rugby et venant du NORD 

a oui j'ai oublié :devilblushwink

#22

  • papajoxet
  • Plasterman
  • 12/11/2005
  • Msg : 10 887

Patrick MAUCONDUIT a écrit :

ne jamais perdre de vue que le rugby en France est né au Havre

Il est arrivé à la nage....et par la gravité est descendu naturellement dans le sud ouest

"SAVOIR SE CONTENTER DE CE QUE L'ON A:C'EST ETRE RICHE"
....LAO TSEU....père fondateur du Taoïsme

"L'Homme qui murmurait à l'oreille des pottok

#23

  • Patrick MAUCONDUIT
  • Membre
  • 17/12/2018
  • Msg : 323

il est arrivé dans les valises d'étudiants rosbifs d'Oxford et de Cambridge ce qui explique les couleurs du club doyen...... de foot

#24

  • Ravachol
  • Membre
  • 01/01/2014
  • Msg : 11 862

Arrêtez avec votre Sud-Ouest berceau du rugby.

C'est Pétain qui a décidé d'y développer le rugby pour satisfaire son ministre des sports, Basque bien connu.

La Nationale B est morte assassinée, vive la Nationale B !

#25

  • AKERRETA KO BIDEA
  • Membre
  • 10/05/2006
  • Msg : 1 038

Ravachol a écrit :

Arrêtez avec votre Sud-Ouest berceau du rugby.

C'est Pétain qui a décidé d'y développer le rugby pour satisfaire son ministre des sports, Basque bien connu.

Histoire de ne pas toujours prendre pour argent comptant, les affirmations de notre Sandale trekkienne préférée:

- Les parigots (Stade Français et Racing ont trusté les titres de 1892 à 1903 avec un titre intercalé pour le Stade bordelais, qui a aussi joué 3 finales durant cette période.

-  1904 à 1911, règne sans partage des Bordelais

- de 1910 à 1939: hormis les incongruités hors Sud-Ouest des victoires lyonnaises (3 fois), Perpignanaises (4 fois), Narbonnaise, Quillanaise,Toulonnaise (1 fois chacun), tous les autres titres (20) ont été répartis entre Toulousains, Bordelais, Tarbais,  Agenais, Bayonnais, Biarrots et Palois.

- Pas de championnat en 1940, 1941 et 1942 (sous l'ère Pétain donc...)

- Le Basque sus-désigné par Ravachol, comme Ministre des sports, l'a été d'Août 40 à Avril 1942, lorsque le championnat de France de rugby... ne s'est pas joué !

et je  préfère ne pas lister les clubs hégémoniaques estampillés Sud-Ouest qui ont conquis les titres de 1944 jusqu'en 1970 et après... à part encore Perpignan, RCF, Béziers, La Voulte (tous 1 fois), les 27 autres titres ont été acquis par les gonzes du Sud-Ouest.

Comme aime à le noter Xixon (lors d'argumentations laborieuses, voire indigentes)...CQFD