Les sujets cools !

Perte des licenciés : n'aie pas peur maman !

#1

  • Olivier
  • Administrateur
  • 25/10/2013
  • Msg : 1 807

Ici pour commenter l'article à venir.

#2

  • MARCFANXV
  • Membre
  • 12/06/2014
  • Msg : 3 217

Bonjour,

Article interressant qui présente l'intérêt d'envisager les différentes problématiques sous un angle autre que ce qu'on a l'habitude de lire et/ou entendre.. Merci Olivier.

Ceci dit, si l'angle de vue est interressant pour autant toutes les visions ne sont pas toujours empreintes de clarté loin s'en faut.

L'idée n'étant pas de rentrer bille en tête dans une bataille de personnes, de chiffres mais bel & bien d'avoir une juste interprétation de ces derniers.

Alors Rétières, découvre (après combien de temps en fonction ?) que les "arrêtants" en EDR le sont  à hauteur de 70% parce que "L'éducateur".. Je reste toujours pantois de constater que celui qui découvre le caractère liquide de l'eau trouve toujours qq1 pour estimer que ça confine au génie ! Evidemment que pour des enfants c'est la dimension affective qu'il trouve (ou pas) qui fait qu'il poursuit son engagement (ou pas). L'éducateur étant le moteur mais aussi le garant du climat qui fait que l'enfant s'épanouit ou pas, quoi de plus naturel qu'il incarne la cause de l'arrêt pour l'enfant qui n'y trouve pas son compte ? Rien de nouveau, ni de particulièrement spécifique au Rugby (celui qui arrête le foot, le judo, la natation ou le tir à l'arbalète à cet âge le fera dans les mms proportions pour les mêmes raisons !!!). C'est le cas dans n'importe quelle discipline et au-delà du sport. Le fameux prof de sciences naturelles qui me fit détester les sciences l'année de ma 6ème quoi !

Mais bon, la question présente l'intérêt non-négligeable d'amener à s'interroger sur les pistes à explorer pour progresser sur la fidélisation de l'enfant à la pratique. Corréler le % d'éducs formés (à quoi ?) aux motivations de l'enfant lors de l'arrêt de la pratique pourrait avoir sens si la nature-même des formations intégrait a minma cet aspect. Mais tel n'est pas le cas ! L'éducateur formé aux choses du Rugby, c'est évidemment un plus pour enseigner la discipline en tant que telle (et selon les préceptes Fédéraux) mais ça ne constitue aucune plus-value sur sa capacité à fidéliser.. Et pour cause, ça n'est pas au programme de ce qu'il a appris ! Pire, et ça je l'ai constaté par expérience, bien souvent, c'est le "hautement diplômé" qui fait fuir l'enfant "un peu en-dedans". Le "diplômé du 1er rang" a le plus souvent l'oeil  essentiellement rivé sur la " pleine réussite de son exercice" et pas nécessairement l'oeil rivé sur l'épanouissement du môme un peu en retrait ou en échec. De la même façon que ce n'est pas forcément le prof de lycée agrégé d'histoire qui arrive le mieux à interresser  le môme du dernier rang  à la découverte de la matière !

Oui les formations, oui le déploiement des CTC pourraient (et mm mieux : devraient !!!) contribuer à fidéliser l'enfant à la pratique mais encore faut-il que ceci constitue une priorité avant toute autre considération d'ordre sportif, encore faut-il qu'il y ai un socle minimal de formation et/ou de compétences"du formateur" sur tout ce qui y contribue (psycho de l'enfant, base des codes de la communication etc...), encore faut-il qu'il y ai éveil des consciences sur ce qui  devrait constituer l'objectif premier de l'éducateur...

Au risque de choquer, je trouve que le rugby s'est,  ces dernières années, concernant les EDR enfermé dans une martingale infernale de "sur-technicisation" de l'affaire. Alors bien sûr, il ne s'agît pas que l'entrainement rime avec "c'est la fête au village" mais je trouve qu'à trop vouloir ambitionner le "bien jouer au Rugby" (là encore selon des préceptes Fdéraux qui dans un certain nombre de cas peuvent d'ailleurs prêter flanc à la critique) on en a oublié l'essentiel. C'est à dire que l'enfant "joue" dans le sens littéral du terme. Pour dire les choses plus simplement qu'il s'amuse...Les formations telles que pensées ressemblent plus à des cycles préparatoires aux grandes écoles avec pour objectif quasi-exclusif de "pré-former" les élites futures. Ceci signifiant que les choses sont désormais pensées par et pour les premiers de cordée ! Pourquoi dès lors s'étonner que les derniers de cordée quittent le navire précocément ??? Rien de plus logique, ça tient de l'invitation à le faire....

Preuve en-est avec successivement l'abaissement des catégories d'âge puis l'affirmation de nécessairement compétiser les catégories Minimes via Challenge de France (il s'git de fait d'un championnat Elite !), FFR a validé le principe de l'impérieuse nécessité de dégager une Elite considérablement rajeunie (ceci signifiant aussi : "sous le contrôle éducatif de formateurs bel et bien diplômés !"). Quand il n'y a pas si longtemps le joueur "bien meilleur que la moyenne" quittait ses copains d'enfance au sortir de Cadets (alors U17) désormais il le fait à l'entrée en U14...C'est un non-sens considérant que le rugby est un sport à mâturation lente (bein malin qui est capable de dire en U14 lequel percera ! Pour l'anedcdote, je parlais il y a qqs mois avec les parents d'un môme que j'ai eu en EDR et qui vient de contracter professionnel. Il ne faisait alors pas partie des premiers de cordée loin s'en faut et il s'en fallu alors de ça qu'il n'arrêtât...). Outre le fait que cette sélection en aucun cas "naturelle" (ou plutôt exclusivement basée sur l'horloge biologique du moment !) est contre-productive car elle prive les filières élite d'une myriade de joueurs à mâturation un peu plus lente (de fait à partir de U14 sélections départementales puis Taddéi. soit 5 ans durant sont qusi-exclusivement alimentées par les "pré-sélectionnés" ceci signifiant que tous les autres sauf rare éxeption sortent des radars fédéraux !); ceci valide aussi l'idée que l'équilibre affectif de l'enfant est sacrifié sur l'autel d'une présumée efficacité à étoffer précocément le bagage technique de l'enfant. Gage d'efficacité pour les futures élites ? Pas si sûr...Pour exemple, alors qu'il y a un consensus académique pour considérer que c'est en U14 que "tout se joue", les deux titres de Champion du monde U20 remportés par XV de France le furent avec un socle de joueurs (générations 98, 99, 2000) qui du fait du changement des catégories d'âge ne firent qu'une année minime !!!

Tout ceci pour dire que si Fédé estime prioritaire de rallonger le temps de pratique moyen du jeune rugbyman (c'est la meilleure manière et de loin de gagner des licenciés avant-mm de chercher à conquérir d'autres profils, d'autres territoires...) il convient plus encore que de former l'éducateur au sportif de le former à l'humain ! Il convient de réduire un peu la voilure sur la volonté trop précoce de chercher et plus encore de "former" du Champion (je considère que la nature fait 90% du boulot pour ce qui est de cette catégorie). Il convient de généraliser l'idée que le "bon formateur" est certes celui qui apprend à faire la passe des deux côtés dans un mm équilibre mais plus encore celui met tout en oeuvre pour que le dernier de cordée contracte licence l'année suivante ! Pour exemple, je me souviens d'un éduc U7 il y a une dizaine d'années atteint de Championnite aigue (et soit-dit en passant titulaire de tous les diplômes comme quoi !). Son cercle restreint (à la louche une dizaine de mômes) "sur-entrainés" (tous les autres étant évidemment "quantité négligeable" !) cannibalisait tous les "titres" des Tournois EDR régionaux. Dix ans plus tard, cette même génération, Junior cette annnée, a été obligée de passer par une entente pour pouvoir jouer faute d'effectif suffisant (combien de môme perdus dans ce laps de temps alors qu'il s'agissait d'une grosse EDR ?) et a cumulé les défaites (certaines contre des clubs qu'ils "éclataient" alors en EDR) pour finir en toute fin de classement ! On pourait se dire que ça tient de la notable exception et/ou que les choses auraient servi de leçon pour le club en question ? Sauf que non...Cette année un éduc en EDR (là-aussi diplômé et mieux qui pratiquât comme joueur à un sérieux niveau !) dans ce mm Club pratique exactement de la même façon ! Rdv dans dix ans..

Bref, y'a du taf plus encore sur "comment bien vivre son rugby pour tous" que sur "comment bien jouer au rugby pour quelques-uns" ! C'est la façon de considérer les choses qui sera matrice d'avancées substantielles. Pas tant le comment on fait que le pourquoi on fait ?

Pour le reste = Baisse du nombre "d'entrants" au Rugby, c'est multi-multi-Factoriel...En effet quasi toutes les grandes fédés de sports "traditionnels" sont plus ou moins impactées. Il y a bien sûr plein de leviers à activer pour inverser la tendance. En vrac : viser de nouvelles sociologies, de nouveaux territoires géographiques, miser sur les nouvelles pratiques, repenser la communication vers le grand-public, investir ou réinvestir un certain nombre de champs, redonner sens à la pratique, dépoussièrer un certain nombre de fonctionnements (par exemple en donnant plus d'autonomie aux ligues) etc...

Olivier, tu as raison, la ménagère de moins de cinquante ans n'est pas dupe ! Elle n'est pas dupe sur la réalité des risques encourus par sa progéniture mais elle n'est pas dupe non-plus sur le plaisir que sa progéniture prend ou ne prend pas...

 

#3

  • R2D256
  • Membre
  • 08/02/2019
  • Msg : 194

Je partage tous les points évoqués.

je pense qu'une grande partie du problème serait résolu si on supprimait les championnats jusqu'en U12. Dans toutes les équipes il y a des joueurs de niveau À, B et C. Lorsque votre enfant de niveau C se déplace sur un plateau de championnat, combien de temps va t il jouer dans l'après-midi, 10 - 15 mn ? Il va passer 2h sous la pluie et quand il va jouer, il va prendre des autobus, se faire engueuler quand il ratera un placage etc...alors la maman si elle enlève son enfant ce n'est pas parce qu'elle a peur. Et si l'éducateur ne sait pas faire la part des choses et tenter d'intégrer tout le monde, le fiston se fera pas prier pour aller au basket (au sec). Je pense que dés plateaux  a plusieurs club avec dès match entre joueurs de même niveau À, B ou C permettraient à tous de progresser ET DE JOUER.

les A évolueraient  avec une opposition complète et ne pourraient plus faire des essais à 0 passés, et les C joueraient avec et contre de joueurs de leur niveau ! Aux éducateurs de décider dans leur équipe qui est de niveau À,B et C. mais avec des passerelles entre les niveaux d'un plateau a l'autre. Plus de recherche de victoires à tout prix mais la recherche du plaisir avec l'opportunité de jouer À SON NIVEAU. A partir de U14 il faudrait être plus patient. J'aimerais savoir combien de champions du monde U 20 était en sélection dans le top 100. En dessous de 66% cela pose questions. Je crains qu'on n'y soit pas. Il suffit de regarder les études sur les différences de début et fin de puberté pour comprendre que les gamins hâtifs sont dominants en U 14 pendant 2 ans et disparaissent ensuite et que les tardifs éclosent en U17 !!

s'il n'y avait pas de catégorie de poids dans les sports de contact....

les mamans auraient très très peur!

Au début,  les bretons n'avaient pas de ballon, ils jouaient avec des petits menhirs. Évidemment ils jouaient à la main. Y en a qui ont essayé de jouer au pieds, ils ont eu des problèmes.

Les sujets cools !