Du rififi en Occitanie

Ça chauffe au sein de la majorité

par , le

Du rififi en ligue Occitanie de Rugby, ligue dirigée par Alain Doucet, qui aurait pu être dans les rangs de Florian Grill tant son passé est lié à l'ancienne gouvernance puisqu'il a été secrétaire général de la FFR de 2001 à 2016 et donc formé à la méthode des baronnies fédérales, baronnies rejetées par les clubs en 2016 et qui a valu à Laporte d'être élu tant ces clubs en avaient marre.

Pourquoi je vous parle de ça ?

Tout commence par une attaque en règle sur la page Facebook de Christian Trallero. Il s'en prend violemment à Max Santa, vice-président de la Ligue Occitane. Outre le fait de le traiter d'opportuniste, de parler d'incompétence, monsieur Trallero semble être irrité par le fait qu'il y ait eu des actions sur l'ex-comité du Languedoc qui auraient abouti au limogeage d'un de ses amis de la MOT de Narbonne, et enfin la mairie qui récupère la MOT de Narbonne. Ceci pour résumer la situation.

Ce qui est surprenant, c'est que j'ai vu des réactions d'autres soutiens de Bernard Laporte en faveur de Max Santa. J'ai tellement vu de cabale envers les ?dissidents?, notamment ma propre histoire, que cela m'a surpris. Il y a eu enfin la réponse de Thibaut Santa, le fils de Max Santa qui parle de manipulation, intimidation et harcèlement. 

Le fait est que Christian Trallero brigue la présidence de la Ligue Occitanie en 2024 et que sur fond d'attaques en tous genres, nous ne sommes ni plus ni moins dans la politique. Les clubs ne votent pas, la seule fois où ils ont voté, c'est en 2016. Depuis nous sommes retombés dans des joutes politiques, politisées et politisantes. C'est pour ça que Thierry Murie est parti en 2019, c'est pour ça que je suis parti un an après, un an pendant lequel j'ai cru que ça avait changé. 

Rien n'a changé dans le rugby. Certes il y a eu de bonnes choses de faites, comme l'équipe de France, l'écoute des clubs, même si parfois les dirigeants enlèvent le sonotone quand ça les dérange ou arrange.

Voter pour le moins pourri ?

Lors des prochaines élections, vous allez voter pour un homme. Pas pour un projet, pas pour un changement, mais pour un homme. Derrière cet homme, il y aura surement des gens biens, mais dans la plupart des cas, vous aurez une majorité de personnes qui ont évolué dans les arcanes politisées du rugby. Ces personnes savent manipuler ou encore menacer pour faire changer le vote des clubs au détriment de la foi envers un projet. 

Sur l'élection nationale, cela a joué en faveur de Laporte. Mais ne vous y trompez pas, tout le monde a utilisé les mêmes méthodes. Sur la ligue Aura, alors que le perdant devait avoir 60% des votes, tout s'est retourné au dernier moment pour faire élire la liste Grill, notamment dans des départements pro-Laporte. Les dirigeants sont corruptibles, par des promesses, du chantage, des petits arrangements. Le rugby n'y échappe pas, que vous soyez d'un côté ou de l'autre.

A la fin, les "petits" ne comprennent toujours pas pourquoi rien ne change. Pourquoi mon équipe fait plus de kilomètres que les clubs de fédérale alors que le président de la ligue a déjà sa nouvelle voiture. Pourquoi mon club n'a pas de places pour aller voir l'équipe de France alors que tous les pontes sont déjà servis. Pourquoi on me ponctionne 1 euro de plus par licence pour traitement informatique ? Pourquoi on me met une amende parce que je n'ai pas participé à une réunion alors que j'avais du travail ?

Ne vous inquiétez pas, tout ça, je ne pense pas que ça change. Les hommes ne font que passer, les institutions et les déviances qu'elles génèrent restent? Tous pour un , tous pourris !

Autres news