Pro D2

RC VANNES 2019-2020

#3176

  • Jéhanno Florian
  • Membre
  • 04/05/2017
  • Msg : 2 503

Un article qui fait plaisir à lire quand on voit que de nos jours on pointe du doigt le "trop d'étrangers" (tout comme Fred Michalak je n'aime pas du tout ce mot...) alors que leur présence apporte un plus, pas un moins...

https://www.ouest-france.fr/bretagne/vannes-56000/au-rcv-onze-nationalites-et-un-langage-commun-6129201

Pour ceux qui n'ont pas accès à l'article :

Dans la mêlée. Hormis les Français, y compris Bretons et Wallissiens, l’effectif vannetais est riche de joueurs provenant de onze pays et de quatre continents. Et tout le monde communique.

« La langue n’est pas un obstacle entre nous. Les différences de langages ne sont pas une barrière à nos relations, ni un facteur d’isolement. »

Gwenael Duplenne, « le » Vannetais du RC Vannes insiste pour balayer le sujet qui, à ses yeux, ne fait pas débat : « La langue

 n’est nullement un problème. Un nouveau joueur qui arrive vient pour ses qualités de rugbyman. Quelles que soient sa nationalité et ses origines, il va être intégré. Le jeu est déjà un langage à part entière. »

Il pousse même jusqu’à l’anecdote : « Les joueurs d’une même nationalité, en dehors du terrain, parlent entre eux leur langue natale. Mais parfois on les surprend à parler en français. »

Au regard de l’effectif et ses onze nationalités, on peut se demander comment les joueurs fonctionnent pour échanger, se comprendre. « Sur le terrain, il y a aussi des codes entre nous, propres au jeu, à la tactique. C’est le langage gestuel du rugby », ajoute l’ailier.

Cours de langue proposés

Ce melting-pot est un modèle. Des cours sont offerts par le club, à ceux qui le veulent, pour apprendre le français.

Le contingent de joueurs venus des quatre continents est pléthorique. Les Fidjiens sont les plus nombreux. Ils prient avant le match, et aussi après, sur la pelouse.

Manoa Vosavai est Fidjien d’origine. Il a épousé la nationalité italienne en ayant séjourné 8 ans chez nos voisins transalpins. Il a aussi conservé un lien avec les Gallois, en ayant joué deux saisons à Cardiff. Alors, pas étonnant qu’avec la richesse de ce parcours, il a été élu capitaine chez les Bretons du RC Vannes.

Éric Fry, et sa barbe blanche, est Américain. Il a également la nationalité allemande. L’Allemagne ? Ce pays n’est pourtant pas connu pour son rugby. Et pourtant, la charnière (demi d’ouverture, demi de mêlée) est constituée de deux joueurs (Christopher Hilsenbeck et Tim Menzel) qui ont appris à leur naissance la langue de Goethe.

Leur français, parfaitement parlé, et judicieusement distillé pratiquement sans accent, étonne.

Parmi les origines les plus exotiques, on retrouve le jeune Géorgien Nika Neparidze, arrivé à l’intersaison. On le dit plutôt timide. Cette retenue, en dehors du terrain, est trahie par un joli sourire.

Il est fier de pouvoir parler la langue de Molière : « Je suis arrivé de Géorgie en 2015. J’ai appris le français à Clermont-Ferrand. On m’a même délivré un diplôme. Si je ne le parle pas encore très bien, je comprends tout. »

« Si j’ai besoin, il traduit »

Et le coach, Jean-Noel Spitzer, comment fonctionne-t-il ? « Je parle français. Gérard Fraser, entraîneur des arrières est bilingue, Français-Anglais. Si j’ai besoin, il traduit. Ici tout le monde comprend le français ou l’anglais. »

Pour l’incontournable Jean-Claude Le Beller, intendant administratif, c’est parfois « techniquement un peu compliqué. Je suis un peu leur papa. Je me charge des dossiers et du suivi des visas des joueurs et de leur entourage. Je peux échanger avec eux en français et en anglais. Même si je ne suis pas pointu dans la langue de Shakespeare. Quand j’ai besoin, je trouve un interprète au sein groupe. »

Les joueurs constituant le groupe professionnel sont d’origines, de religions et de croyances différentes.

Mais le rugby et les liens humains qui en découlent constituent une unité sans faille.

Et pas que sur le terrain.

RC Vannes, en avant! Allez les Bleus!

Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait!

#3177

  • MATDELAP
  • Membre
  • 10/08/2018
  • Msg : 63

Jéhanno Florian a écrit :

Un article qui fait plaisir à lire quand on voit que de nos jours on pointe du doigt le "trop d'étrangers" (tout comme Fred Michalak je n'aime pas du tout ce mot...) alors que leur présence apporte un plus, pas un moins...

https://www.ouest-france.fr/bretagne/vannes-56000/au-rcv-onze-nationalites-et-un-langage-commun-6129201

Pour ceux qui n'ont pas accès à l'article :

Dans la mêlée. Hormis les Français, y compris Bretons et Wallissiens, l’effectif vannetais est riche de joueurs provenant de onze pays et de quatre continents. Et tout le monde communique.

« La langue n’est pas un obstacle entre nous. Les différences de langages ne sont pas une barrière à nos relations, ni un facteur d’isolement. »

Gwenael Duplenne, « le » Vannetais du RC Vannes insiste pour balayer le sujet qui, à ses yeux, ne fait pas débat : « La langue

 n’est nullement un problème. Un nouveau joueur qui arrive vient pour ses qualités de rugbyman. Quelles que soient sa nationalité et ses origines, il va être intégré. Le jeu est déjà un langage à part entière. »

Il pousse même jusqu’à l’anecdote : « Les joueurs d’une même nationalité, en dehors du terrain, parlent entre eux leur langue natale. Mais parfois on les surprend à parler en français. »

Au regard de l’effectif et ses onze nationalités, on peut se demander comment les joueurs fonctionnent pour échanger, se comprendre. « Sur le terrain, il y a aussi des codes entre nous, propres au jeu, à la tactique. C’est le langage gestuel du rugby », ajoute l’ailier.

Cours de langue proposés

Ce melting-pot est un modèle. Des cours sont offerts par le club, à ceux qui le veulent, pour apprendre le français.

Le contingent de joueurs venus des quatre continents est pléthorique. Les Fidjiens sont les plus nombreux. Ils prient avant le match, et aussi après, sur la pelouse.

Manoa Vosavai est Fidjien d’origine. Il a épousé la nationalité italienne en ayant séjourné 8 ans chez nos voisins transalpins. Il a aussi conservé un lien avec les Gallois, en ayant joué deux saisons à Cardiff. Alors, pas étonnant qu’avec la richesse de ce parcours, il a été élu capitaine chez les Bretons du RC Vannes.

Éric Fry, et sa barbe blanche, est Américain. Il a également la nationalité allemande. L’Allemagne ? Ce pays n’est pourtant pas connu pour son rugby. Et pourtant, la charnière (demi d’ouverture, demi de mêlée) est constituée de deux joueurs (Christopher Hilsenbeck et Tim Menzel) qui ont appris à leur naissance la langue de Goethe.

Leur français, parfaitement parlé, et judicieusement distillé pratiquement sans accent, étonne.

Parmi les origines les plus exotiques, on retrouve le jeune Géorgien Nika Neparidze, arrivé à l’intersaison. On le dit plutôt timide. Cette retenue, en dehors du terrain, est trahie par un joli sourire.

Il est fier de pouvoir parler la langue de Molière : « Je suis arrivé de Géorgie en 2015. J’ai appris le français à Clermont-Ferrand. On m’a même délivré un diplôme. Si je ne le parle pas encore très bien, je comprends tout. »

« Si j’ai besoin, il traduit »

Et le coach, Jean-Noel Spitzer, comment fonctionne-t-il ? « Je parle français. Gérard Fraser, entraîneur des arrières est bilingue, Français-Anglais. Si j’ai besoin, il traduit. Ici tout le monde comprend le français ou l’anglais. »

Pour l’incontournable Jean-Claude Le Beller, intendant administratif, c’est parfois « techniquement un peu compliqué. Je suis un peu leur papa. Je me charge des dossiers et du suivi des visas des joueurs et de leur entourage. Je peux échanger avec eux en français et en anglais. Même si je ne suis pas pointu dans la langue de Shakespeare. Quand j’ai besoin, je trouve un interprète au sein groupe. »

Les joueurs constituant le groupe professionnel sont d’origines, de religions et de croyances différentes.

Mais le rugby et les liens humains qui en découlent constituent une unité sans faille.

Et pas que sur le terrain.

Le problème n'est pas CONCRETEMENT qu'il y ait trop d'étrangers. Personne ne leur en veut de nous apporter leur bonne humeur, leurs coutumes, leurs énergie et accessoirement leurs larges épaules.

Le problème est dans le corollaire : il n'y a pas assez de bons français à des postes clefs, sans quoi les Bleus seraient mieux classés.

Pourtant, l'alternance à un poste entre un étranger et un Français peut permettre une progression vertueuse (Wilkinson formant les petits jeunes au jeu au pied, Chalmers apportant sa science de la touche, ou tout simplement le charisme d'un Conrad Smith).

Mais trop souvent l'étranger est préféré : soit c'est une star et il est constant dans son niveau de jeu, soit c'est un inconnu et il est moins cher qu'un Français. Dans les deux cas, le risque est qu'au lieu de l'alternance vertueuse s'instaure une exclusivité dont les seules victimes sont finalement les Français.

Il faut arrêter de balayer le débat en l'étiquetant "raciste" ou "chauvin". Il n'y a pas trop d'étrangers dans nos championnats, mais ils ont la plus belle part du gâteau sur le temps de jeu.

#3178

  • Barack
  • Membre
  • 22/04/2015
  • Msg : 2 579

MATDELAP a écrit :
Jéhanno Florian a écrit :

Un article qui fait plaisir à lire quand on voit que de nos jours on pointe du doigt le "trop d'étrangers" (tout comme Fred Michalak je n'aime pas du tout ce mot...) alors que leur présence apporte un plus, pas un moins...

https://www.ouest-france.fr/bretagne/vannes-56000/au-rcv-onze-nationalites-et-un-langage-commun-6129201

Pour ceux qui n'ont pas accès à l'article :

Dans la mêlée. Hormis les Français, y compris Bretons et Wallissiens, l’effectif vannetais est riche de joueurs provenant de onze pays et de quatre continents. Et tout le monde communique.

« La langue n’est pas un obstacle entre nous. Les différences de langages ne sont pas une barrière à nos relations, ni un facteur d’isolement. »

Gwenael Duplenne, « le » Vannetais du RC Vannes insiste pour balayer le sujet qui, à ses yeux, ne fait pas débat : « La langue

 n’est nullement un problème. Un nouveau joueur qui arrive vient pour ses qualités de rugbyman. Quelles que soient sa nationalité et ses origines, il va être intégré. Le jeu est déjà un langage à part entière. »

Il pousse même jusqu’à l’anecdote : « Les joueurs d’une même nationalité, en dehors du terrain, parlent entre eux leur langue natale. Mais parfois on les surprend à parler en français. »

Au regard de l’effectif et ses onze nationalités, on peut se demander comment les joueurs fonctionnent pour échanger, se comprendre. « Sur le terrain, il y a aussi des codes entre nous, propres au jeu, à la tactique. C’est le langage gestuel du rugby », ajoute l’ailier.

Cours de langue proposés

Ce melting-pot est un modèle. Des cours sont offerts par le club, à ceux qui le veulent, pour apprendre le français.

Le contingent de joueurs venus des quatre continents est pléthorique. Les Fidjiens sont les plus nombreux. Ils prient avant le match, et aussi après, sur la pelouse.

Manoa Vosavai est Fidjien d’origine. Il a épousé la nationalité italienne en ayant séjourné 8 ans chez nos voisins transalpins. Il a aussi conservé un lien avec les Gallois, en ayant joué deux saisons à Cardiff. Alors, pas étonnant qu’avec la richesse de ce parcours, il a été élu capitaine chez les Bretons du RC Vannes.

Éric Fry, et sa barbe blanche, est Américain. Il a également la nationalité allemande. L’Allemagne ? Ce pays n’est pourtant pas connu pour son rugby. Et pourtant, la charnière (demi d’ouverture, demi de mêlée) est constituée de deux joueurs (Christopher Hilsenbeck et Tim Menzel) qui ont appris à leur naissance la langue de Goethe.

Leur français, parfaitement parlé, et judicieusement distillé pratiquement sans accent, étonne.

Parmi les origines les plus exotiques, on retrouve le jeune Géorgien Nika Neparidze, arrivé à l’intersaison. On le dit plutôt timide. Cette retenue, en dehors du terrain, est trahie par un joli sourire.

Il est fier de pouvoir parler la langue de Molière : « Je suis arrivé de Géorgie en 2015. J’ai appris le français à Clermont-Ferrand. On m’a même délivré un diplôme. Si je ne le parle pas encore très bien, je comprends tout. »

« Si j’ai besoin, il traduit »

Et le coach, Jean-Noel Spitzer, comment fonctionne-t-il ? « Je parle français. Gérard Fraser, entraîneur des arrières est bilingue, Français-Anglais. Si j’ai besoin, il traduit. Ici tout le monde comprend le français ou l’anglais. »

Pour l’incontournable Jean-Claude Le Beller, intendant administratif, c’est parfois « techniquement un peu compliqué. Je suis un peu leur papa. Je me charge des dossiers et du suivi des visas des joueurs et de leur entourage. Je peux échanger avec eux en français et en anglais. Même si je ne suis pas pointu dans la langue de Shakespeare. Quand j’ai besoin, je trouve un interprète au sein groupe. »

Les joueurs constituant le groupe professionnel sont d’origines, de religions et de croyances différentes.

Mais le rugby et les liens humains qui en découlent constituent une unité sans faille.

Et pas que sur le terrain.

Le problème n'est pas CONCRETEMENT qu'il y ait trop d'étrangers. Personne ne leur en veut de nous apporter leur bonne humeur, leurs coutumes, leurs énergie et accessoirement leurs larges épaules.

Le problème est dans le corollaire : il n'y a pas assez de bons français à des postes clefs, sans quoi les Bleus seraient mieux classés.

Pourtant, l'alternance à un poste entre un étranger et un Français peut permettre une progression vertueuse (Wilkinson formant les petits jeunes au jeu au pied, Chalmers apportant sa science de la touche, ou tout simplement le charisme d'un Conrad Smith).

Mais trop souvent l'étranger est préféré : soit c'est une star et il est constant dans son niveau de jeu, soit c'est un inconnu et il est moins cher qu'un Français. Dans les deux cas, le risque est qu'au lieu de l'alternance vertueuse s'instaure une exclusivité dont les seules victimes sont finalement les Français.

Il faut arrêter de balayer le débat en l'étiquetant "raciste" ou "chauvin". Il n'y a pas trop d'étrangers dans nos championnats, mais ils ont la plus belle part du gâteau sur le temps de jeu.

Le problème ne se poserait pas si les joueurs français étaient meilleurs. Les étrangers ne sont pas un problème mais une excuse.

#3179

  • Jéhanno Florian
  • Membre
  • 04/05/2017
  • Msg : 2 503

Barack a écrit :
MATDELAP a écrit :
Jéhanno Florian a écrit :

Un article qui fait plaisir à lire quand on voit que de nos jours on pointe du doigt le "trop d'étrangers" (tout comme Fred Michalak je n'aime pas du tout ce mot...) alors que leur présence apporte un plus, pas un moins...

https://www.ouest-france.fr/bretagne/vannes-56000/au-rcv-onze-nationalites-et-un-langage-commun-6129201

Pour ceux qui n'ont pas accès à l'article :

Dans la mêlée. Hormis les Français, y compris Bretons et Wallissiens, l’effectif vannetais est riche de joueurs provenant de onze pays et de quatre continents. Et tout le monde communique.

« La langue n’est pas un obstacle entre nous. Les différences de langages ne sont pas une barrière à nos relations, ni un facteur d’isolement. »

Gwenael Duplenne, « le » Vannetais du RC Vannes insiste pour balayer le sujet qui, à ses yeux, ne fait pas débat : « La langue

 n’est nullement un problème. Un nouveau joueur qui arrive vient pour ses qualités de rugbyman. Quelles que soient sa nationalité et ses origines, il va être intégré. Le jeu est déjà un langage à part entière. »

Il pousse même jusqu’à l’anecdote : « Les joueurs d’une même nationalité, en dehors du terrain, parlent entre eux leur langue natale. Mais parfois on les surprend à parler en français. »

Au regard de l’effectif et ses onze nationalités, on peut se demander comment les joueurs fonctionnent pour échanger, se comprendre. « Sur le terrain, il y a aussi des codes entre nous, propres au jeu, à la tactique. C’est le langage gestuel du rugby », ajoute l’ailier.

Cours de langue proposés

Ce melting-pot est un modèle. Des cours sont offerts par le club, à ceux qui le veulent, pour apprendre le français.

Le contingent de joueurs venus des quatre continents est pléthorique. Les Fidjiens sont les plus nombreux. Ils prient avant le match, et aussi après, sur la pelouse.

Manoa Vosavai est Fidjien d’origine. Il a épousé la nationalité italienne en ayant séjourné 8 ans chez nos voisins transalpins. Il a aussi conservé un lien avec les Gallois, en ayant joué deux saisons à Cardiff. Alors, pas étonnant qu’avec la richesse de ce parcours, il a été élu capitaine chez les Bretons du RC Vannes.

Éric Fry, et sa barbe blanche, est Américain. Il a également la nationalité allemande. L’Allemagne ? Ce pays n’est pourtant pas connu pour son rugby. Et pourtant, la charnière (demi d’ouverture, demi de mêlée) est constituée de deux joueurs (Christopher Hilsenbeck et Tim Menzel) qui ont appris à leur naissance la langue de Goethe.

Leur français, parfaitement parlé, et judicieusement distillé pratiquement sans accent, étonne.

Parmi les origines les plus exotiques, on retrouve le jeune Géorgien Nika Neparidze, arrivé à l’intersaison. On le dit plutôt timide. Cette retenue, en dehors du terrain, est trahie par un joli sourire.

Il est fier de pouvoir parler la langue de Molière : « Je suis arrivé de Géorgie en 2015. J’ai appris le français à Clermont-Ferrand. On m’a même délivré un diplôme. Si je ne le parle pas encore très bien, je comprends tout. »

« Si j’ai besoin, il traduit »

Et le coach, Jean-Noel Spitzer, comment fonctionne-t-il ? « Je parle français. Gérard Fraser, entraîneur des arrières est bilingue, Français-Anglais. Si j’ai besoin, il traduit. Ici tout le monde comprend le français ou l’anglais. »

Pour l’incontournable Jean-Claude Le Beller, intendant administratif, c’est parfois « techniquement un peu compliqué. Je suis un peu leur papa. Je me charge des dossiers et du suivi des visas des joueurs et de leur entourage. Je peux échanger avec eux en français et en anglais. Même si je ne suis pas pointu dans la langue de Shakespeare. Quand j’ai besoin, je trouve un interprète au sein groupe. »

Les joueurs constituant le groupe professionnel sont d’origines, de religions et de croyances différentes.

Mais le rugby et les liens humains qui en découlent constituent une unité sans faille.

Et pas que sur le terrain.

Le problème n'est pas CONCRETEMENT qu'il y ait trop d'étrangers. Personne ne leur en veut de nous apporter leur bonne humeur, leurs coutumes, leurs énergie et accessoirement leurs larges épaules.

Le problème est dans le corollaire : il n'y a pas assez de bons français à des postes clefs, sans quoi les Bleus seraient mieux classés.

Pourtant, l'alternance à un poste entre un étranger et un Français peut permettre une progression vertueuse (Wilkinson formant les petits jeunes au jeu au pied, Chalmers apportant sa science de la touche, ou tout simplement le charisme d'un Conrad Smith).

Mais trop souvent l'étranger est préféré : soit c'est une star et il est constant dans son niveau de jeu, soit c'est un inconnu et il est moins cher qu'un Français. Dans les deux cas, le risque est qu'au lieu de l'alternance vertueuse s'instaure une exclusivité dont les seules victimes sont finalement les Français.

Il faut arrêter de balayer le débat en l'étiquetant "raciste" ou "chauvin". Il n'y a pas trop d'étrangers dans nos championnats, mais ils ont la plus belle part du gâteau sur le temps de jeu.

Le problème ne se poserait pas si les joueurs français étaient meilleurs. Les étrangers ne sont pas un problème mais une excuse.

Je n'aurais pas mieux dit!

RC Vannes, en avant! Allez les Bleus!

Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait!

#3180

  • Barack
  • Membre
  • 22/04/2015
  • Msg : 2 579

Jéhanno Florian a écrit :
Barack a écrit :
MATDELAP a écrit :

Le problème n'est pas CONCRETEMENT qu'il y ait trop d'étrangers. Personne ne leur en veut de nous apporter leur bonne humeur, leurs coutumes, leurs énergie et accessoirement leurs larges épaules.

Le problème est dans le corollaire : il n'y a pas assez de bons français à des postes clefs, sans quoi les Bleus seraient mieux classés.

Pourtant, l'alternance à un poste entre un étranger et un Français peut permettre une progression vertueuse (Wilkinson formant les petits jeunes au jeu au pied, Chalmers apportant sa science de la touche, ou tout simplement le charisme d'un Conrad Smith).

Mais trop souvent l'étranger est préféré : soit c'est une star et il est constant dans son niveau de jeu, soit c'est un inconnu et il est moins cher qu'un Français. Dans les deux cas, le risque est qu'au lieu de l'alternance vertueuse s'instaure une exclusivité dont les seules victimes sont finalement les Français.

Il faut arrêter de balayer le débat en l'étiquetant "raciste" ou "chauvin". Il n'y a pas trop d'étrangers dans nos championnats, mais ils ont la plus belle part du gâteau sur le temps de jeu.

Le problème ne se poserait pas si les joueurs français étaient meilleurs. Les étrangers ne sont pas un problème mais une excuse.

Je n'aurais pas mieux dit!

J'ai hésité à commenter le jolie paragraphe sur l'étranger qui est de bonne humeur, qui a de l'énergie et de larges épaules...  Tintin au Congo !

#3181

  • patern
  • Membre
  • 16/05/2016
  • Msg : 563

Le RCV serait bien inspiré de gagner ce soir face aux biarrots; d'une part, cela répondrait aux objectifs du staff de prendre 9 points sur ce bloc et, d'autre part, de se donner de l'air au classement en se positionnant dans le milieu de tableau. Difficile à manoeuvrer cette équipe avec un gros banc, sûrement en 2ème mi-temps. On reverra peut-être Sione. Humilité, application et rigueur seront les ingrédients nécessaires pour battre ces basques; sans oublier un stade quasi-complet qui aidera son équipe tout en se réchauffant!

#3182

  • MATDELAP
  • Membre
  • 10/08/2018
  • Msg : 63

Barack a écrit :
Jéhanno Florian a écrit :
Barack a écrit :

Le problème ne se poserait pas si les joueurs français étaient meilleurs. Les étrangers ne sont pas un problème mais une excuse.

Je n'aurais pas mieux dit!

J'ai hésité à commenter le jolie paragraphe sur l'étranger qui est de bonne humeur, qui a de l'énergie et de larges épaules...  Tintin au Congo !

Je trouve ça dommage de réduire mon propos à une espèce de vision colonialiste basse du front.

D'autant que ce n'est pas du tout le sens de ce que j'essaye de dire sans la moindre polémique, je ne dis même pas qu'il y a trop d'étrangers, je dis juste que, PEUT-ETRE, on pourrait mieux en tirer profit pour que, justement, les joueurs français soient meilleurs (justement en favorisant l'alternance à certains postes).

 

Après si ça vous amuse de décortiquer chaque mot pour trouver un sale propos, libre à vous.

#3183

  • Jéhanno Florian
  • Membre
  • 04/05/2017
  • Msg : 2 503

MATDELAP a écrit :

Je trouve ça dommage de réduire mon propos à une espèce de vision colonialiste basse du front.

D'autant que ce n'est pas du tout le sens de ce que j'essaye de dire sans la moindre polémique, je ne dis même pas qu'il y a trop d'étrangers, je dis juste que, PEUT-ETRE, on pourrait mieux en tirer profit pour que, justement, les joueurs français soient meilleurs (justement en favorisant l'alternance à certains postes).

 

Après si ça vous amuse de décortiquer chaque mot pour trouver un sale propos, libre à vous.

Je n'appuie pas les derniers propos de Barack.

Juste pour dire que la présence des joueurs d'autres nations en tant que titulaires devrait motiver les Français à se surpasser pour égaler ou même devenir meilleur qu'eux! C'est aux Français de se bouger le cul pour prendre la place.

Soit les Français sont des branleurs qui ne font pas plus que le minimum syndicale (il y a une part de vérité) et qui manquent donc de professionalisme dans leurs attitudes,
soit les lacunes viennent de la formation, manque de technique individuelle et collective et trop de muscu, conséquence d'un style de jeu instauré et qui va droit dans le mur. (l'autre part de vérité)

Ces dernières années, tout a été misé sur la DOMINATION PHYSIQUE.
Pour gagner un match, il suffisait d'etre plus physique que l'équipe adverse, même si l'équipe adverse jouait mieux avec le ballon (exemple Dax, ça jouait, mieux que plusieurs équipe de ProD2 mais ils ont complètement été bouffé par le physique des autres...)

Sauf qu'aujourd'hui, en tous cas en France, on a tellement délaissé le coté technique qu'on est à la ramasse.

RC Vannes, en avant! Allez les Bleus!

Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait!

#3184

  • Gadget5863
  • Membre
  • 26/12/2014
  • Msg : 2 094

Jéhanno Florian a écrit :
MATDELAP a écrit :

Je trouve ça dommage de réduire mon propos à une espèce de vision colonialiste basse du front.

D'autant que ce n'est pas du tout le sens de ce que j'essaye de dire sans la moindre polémique, je ne dis même pas qu'il y a trop d'étrangers, je dis juste que, PEUT-ETRE, on pourrait mieux en tirer profit pour que, justement, les joueurs français soient meilleurs (justement en favorisant l'alternance à certains postes).

 

Après si ça vous amuse de décortiquer chaque mot pour trouver un sale propos, libre à vous.

Je n'appuie pas les derniers propos de Barack.

Juste pour dire que la présence des joueurs d'autres nations en tant que titulaires devrait motiver les Français à se surpasser pour égaler ou même devenir meilleur qu'eux! C'est aux Français de se bouger le cul pour prendre la place.

Soit les Français sont des branleurs qui ne font pas plus que le minimum syndicale (il y a une part de vérité) et qui manquent donc de professionalisme dans leurs attitudes,
soit les lacunes viennent de la formation, manque de technique individuelle et collective et trop de muscu, conséquence d'un style de jeu instauré et qui va droit dans le mur. (l'autre part de vérité)

Ces dernières années, tout a été misé sur la DOMINATION PHYSIQUE.
Pour gagner un match, il suffisait d'etre plus physique que l'équipe adverse, même si l'équipe adverse jouait mieux avec le ballon (exemple Dax, ça jouait, mieux que plusieurs équipe de ProD2 mais ils ont complètement été bouffé par le physique des autres...)

Sauf qu'aujourd'hui, en tous cas en France, on a tellement délaissé le coté technique qu'on est à la ramasse.

OK avec toi Florian, d'ailleurs une belle émission sur Canal sur tous ces événements et changements a venir ou a confirmer.

Reste que les choix des entraineurs et présidents de clubs en France me laissent quelquefois dubitatifs.Plus le fait que je clame haut et fort, un bléssé, on prend un joker faut arrêter cela, un bléssé tu prend dans la B point. En plus on devrait imposer un maximun de temps de jeu par joueur sur la saison comme cela on aurait un vrai turn over et pas des "impasses" sur certains matchs.

« L’humilité rend invulnérable. »
– Marie von Ebner-Eschenbach

#3185

  • bizuth56
  • Membre
  • 24/05/2016
  • Msg : 3 697

C'est bien joli, en théorie, l'idée de ne pas prendre de Joker......mais ça avantage les clubs formateurs, et ceux qui n'ont jamais été aidés comme nous, on est super perdant d'entrée. Je pense qu"on peut même dire que nos meilleurs joueurs sont souvent des ex-jokers : Fry, Kite, Cramond (pas sûr qu'il fut "joker"), Leafa....

#3186

  • bzh44
  • Membre
  • 10/02/2017
  • Msg : 858

patern a écrit :

Le RCV serait bien inspiré de gagner ce soir face aux biarrots; d'une part, cela répondrait aux objectifs du staff de prendre 9 points sur ce bloc et, d'autre part, de se donner de l'air au classement en se positionnant dans le milieu de tableau. Difficile à manoeuvrer cette équipe avec un gros banc, sûrement en 2ème mi-temps. On reverra peut-être Sione. Humilité, application et rigueur seront les ingrédients nécessaires pour battre ces basques; sans oublier un stade quasi-complet qui aidera son équipe tout en se réchauffant!

j'ai même envie de dire plus, il faut gagner si on veut rester ambitieux en terme de classement en fin de saison (top 8) car mine de rien cela fait déjà 2 défaites à la rabine. Avec BD mais qui au final font perdre des points.

Moins pire que prévu niveau météo avec 3 degrés d'annoncé et temps sec. le oF annoncait 8500 places déja prise. n'arrivez pas trop tard.

 

#3187

  • Gadget5863
  • Membre
  • 26/12/2014
  • Msg : 2 094

bizuth56 a écrit :

C'est bien joli, en théorie, l'idée de ne pas prendre de Joker......mais ça avantage les clubs formateurs, et ceux qui n'ont jamais été aidés comme nous, on est super perdant d'entrée. Je pense qu"on peut même dire que nos meilleurs joueurs sont souvent des ex-jokers : Fry, Kite, Cramond (pas sûr qu'il fut "joker"), Leafa....

Donc la réserve ne sert à rien alors on l'arrête et on se paye des joueurs avec les economies

« L’humilité rend invulnérable. »
– Marie von Ebner-Eschenbach

#3188

  • bizuth56
  • Membre
  • 24/05/2016
  • Msg : 3 697

Gadget5863 a écrit :
bizuth56 a écrit :

C'est bien joli, en théorie, l'idée de ne pas prendre de Joker......mais ça avantage les clubs formateurs, et ceux qui n'ont jamais été aidés comme nous, on est super perdant d'entrée. Je pense qu"on peut même dire que nos meilleurs joueurs sont souvent des ex-jokers : Fry, Kite, Cramond (pas sûr qu'il fut "joker"), Leafa....

 

Donc la réserve ne sert à rien alors on l'arrête et on se paye des joueurs avec les economies

Non, ça c'était avant, quand nos jeunes allaient à Tours. Maintenant, on pourra avori des jeunes de bon niveau..... mais pas avant 2 ou 3 ans, je pense.  

Dernière modification par bizuth56 (14/12/2018 19:11:30)

#3189

  • bizuth56
  • Membre
  • 24/05/2016
  • Msg : 3 697

Bra-vo ! 
Bon, encore des regrets sur le Bonus Offensif, mais ce serait rechigner. 
Même si nous n'avions pas gagné, le premier point est que ce fut un vraiment beau match à regarder. Du jeu, des essais, peu de temps morts. 
Un gros passage à vide, parce que Biarritz, c'est quand pas des nullos aussi. Mais à l'arrivée, une belle maîtrise comme vue ces derniers temps. 
Vraiment, ils sont tous à féliciter. Peut-être Duplenne un peu en dedans. Et que dire de Bouthier, Bolenaivalu, Hickes, cloostermans, Le bail, Popelin et Fartass qui progressent, les avants, la touche. Même sunia Vola qui ne joue jamais a fait ses 10 minutes.  
Nous finissons la phase aller avec 35pts, et 8ème je pense. 9pts sur ce bloc déjà, je n'y croyais pas. Le match de Nevers devient presque un match de gala de fin d'année. Félicitations aussi à Frazer, il a été critiqué, j'avais aussi des doutes, un peu, mais le jeu des 3/4 est redevenu attrayant. Il faut attendre avant de tirer des conclusions trop hatives ou définitives.  
 

7 victoires, 1 nul, 7 défaites, bel équilibre....... et avec un match de plus à l'extérieur. 

Dernière modification par bizuth56 (14/12/2018 22:25:04)

#3190

  • MATDELAP
  • Membre
  • 10/08/2018
  • Msg : 63

C'était froid dans les corps, mais chauds dans les coeurs ! On a bien vibré !!!

#3191

  • koenig73
  • Membre
  • 13/11/2017
  • Msg : 36

Moi, je trouve qu'il n'y a pas assez d'étrangers dans le championnat. Et il y a meme trop de français en équipe de France, c'est choquant ! 

#3192

  • Jéhanno Florian
  • Membre
  • 04/05/2017
  • Msg : 2 503

koenig73 a écrit :

Moi, je trouve qu'il n'y a pas assez d'étrangers dans le championnat. Et il y a meme trop de français en équipe de France, c'est choquant ! 

Tu t'es perdu mon pauvre!

RC Vannes, en avant! Allez les Bleus!

Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait!

#3193

  • bizuth56
  • Membre
  • 24/05/2016
  • Msg : 3 697

Dommage qu'il y ait eu ces sifflets sur une pénalité de Biarritz. Ca ne doit pas etre à géométrie variable  :  soit ça ne siffle jamais, soit ça siffle. 

Certes, ça arrive soit en toute fin decmatch quand c'est serré ou suite à des décisions jugées pas bonnes, et ça ne concerne que 5 %  du public sans doute, mais.....

Sinon, sportivement, tout roule. On a même plusieurs solution à la charnière pendant le match. 

Plus étonnant, Le Bail a tiré les pénalité même quand Hilsenbeck était présent. 

Pour le déplacement à Nevers, où en théorie nous repartirons bredouille, cela devient un match bonus, où il faudra juste essayer de jouer, sans pression de résultat. Ca peut donner un match spectaculaire. Et nous devrions ou pourrions enregistrer des retours intéressants : Cramond, Moeke, Bly, Neparidze, lagioiosa, kamicamika, blanchard.....

Faire souffler Tuohy qui a encore été énorme hier.Vous avez remarqué comme on est passer de Chalmers à Tuohy par rapport aux premiers matchs, c'est évidemment une tactique pour ne pas être trop lisible. Je pense qu'il faut quand même tirer un coup de chapeau à Chalmers qui doit être en partie responsable de cette transformation au niveau de la touche. 
Ils élèvent tous leur niveau de jeu, Jones aussi a été bon.  

Je pense que Vannes-Angoulême pourrait passer sur Eurosport le Vendredi à 20h30 et Vannes-Oyonnax le Dimanche si le RCV se maintien bien. 

Dernière modification par bizuth56 (15/12/2018 09:09:57)

#3194

  • bizuth56
  • Membre
  • 24/05/2016
  • Msg : 3 697

Faut-il y voir un message : quand le RCV marque, on entend la cornemuse du morceau d'AC/DC 'it's a long way to the top" (pour ceux qui ne le sauraient pas).....
C'est un long chemin vers le sommet wink 

 

 

#3195

  • Marguerite56
  • Membre
  • 05/01/2018
  • Msg : 56

Depuis 3-4 match je suis tres très agréablement surpris par la conquête de notre 8 de devant. Que ce soit en mêlée ou en touche nous prenons très régulièrement l'ascendant sur nos adversaires. Une excellente base qui nous a permis de construire nos belles performances des derniers matchs et cela en intégrant un rotation autour de Tuohy (inamovible) qui ne semble pas connaître la fatigue...le retour de Bolenaivalu est juste énorme! Incroyable tondeuse et puissant à l'impact. Même sans Cramond énorme depuis le début de la saison la prestation d'hier soir des avants a été aboutie. Et là ce qui me plaît c'est que c'est un groupe  de 17-18  mecs qui s'inscrivent dans une rotation pour les 8 postes de devant avec une vraie profondeur. Une énorme force pour les matchs d'hiver ! 

Derrière on a fini par se reveiller (enfin !) Frazer installe sont jeu avec le repositionnement de Bouthier en 10 qui laisse beaucoup  plus de temps de jeu à Popelin qui commence à serieusement s'imposer.

Concernant le match d'hier soir le trou d'air provient du carton jaune très sévère donné à Vulivuli. En début  de deuxième mi temps en infériorité numérique au lieu de conserver le ballon on le rend au pied et on se met tout seul en danger avec un 3 contre 1 à jouer  en bout de ligne pour les basques qui commencent la deuxième mi temps pied au plancher. 

#3196

  • Jaspe
  • Membre
  • 07/11/2004
  • Msg : 437

bizuth56 a écrit :

Faut-il y voir un message : quand le RCV marque, on entend la cornemuse du morceau d'AC/DC 'it's a long way to the top" (pour ceux qui ne le sauraient pas).....
C'est un long chemin vers le sommet wink 

Je confirme, pour le clin d'oeil (de source sûre) laugh

#3197

  • delcaro
  • Membre
  • 23/01/2016
  • Msg : 813

bizuth56 a écrit :

Faut-il y voir un message : quand le RCV marque, on entend la cornemuse du morceau d'AC/DC 'it's a long way to the top" (pour ceux qui ne le sauraient pas).....
C'est un long chemin vers le sommet wink 

 

 

yeslaugh

#3198

  • bzh44
  • Membre
  • 10/02/2017
  • Msg : 858

bizuth56 a écrit :

Dommage qu'il y ait eu ces sifflets sur une pénalité de Biarritz. Ca ne doit pas etre à géométrie variable  :  soit ça ne siffle jamais, soit ça siffle. 

Certes, ça arrive soit en toute fin decmatch quand c'est serré ou suite à des décisions jugées pas bonnes, et ça ne concerne que 5 %  du public sans doute, mais.....

Sinon, sportivement, tout roule. On a même plusieurs solution à la charnière pendant le match. 

Plus étonnant, Le Bail a tiré les pénalité même quand Hilsenbeck était présent. 

Pour le déplacement à Nevers, où en théorie nous repartirons bredouille, cela devient un match bonus, où il faudra juste essayer de jouer, sans pression de résultat. Ca peut donner un match spectaculaire. Et nous devrions ou pourrions enregistrer des retours intéressants : Cramond, Moeke, Bly, Neparidze, lagioiosa, kamicamika, blanchard.....

Faire souffler Tuohy qui a encore été énorme hier.Vous avez remarqué comme on est passer de Chalmers à Tuohy par rapport aux premiers matchs, c'est évidemment une tactique pour ne pas être trop lisible. Je pense qu'il faut quand même tirer un coup de chapeau à Chalmers qui doit être en partie responsable de cette transformation au niveau de la touche. 
Ils élèvent tous leur niveau de jeu, Jones aussi a été bon.  

Je pense que Vannes-Angoulême pourrait passer sur Eurosport le Vendredi à 20h30 et Vannes-Oyonnax le Dimanche si le RCV se maintien bien. 

il y a eu 2 avec des siflets. Autant la première (celle du carton) est """"légitime"""" car semble (pas encore revu l'action) injuste, autant la seconde en seconde est bête (grattage au sol)

C'est une des évolutions négative de la Rabine. Sinon, oui d'accord avec toi sur 2 éléments. on revoit du jeu (merci frazer faut AUSSI le dire) et un groupe homogène qui permet de changer la compo en tenant la route.

par contre au niveau du bo , leur 11 est monstrueux et l'homme du match. c'est lui qui donne 2 essais avec a chaque fois un duel gagné le long de la touche

#3199

  • Barack
  • Membre
  • 22/04/2015
  • Msg : 2 579

Les sifflets sont venus d'une période où les décisions de l'arbitre étaient incomprises notamment sur les rucks. Certains ont eu peur revivre Montauban. On  peut noter aussi cette dernière action où nous avons une pénalité et l'équipe decide de jouer, puis l'arbitre ne revient pas à la pénalité alors que nous avons un bonus à aller chercher.

Globalement, il y a une belle maîtrise de l'équipe et un net progrès. Le secteur qui pêche est celui du jeu au pied, excepté Le Bail qui est très bon.

#3200

  • bizuth56
  • Membre
  • 24/05/2016
  • Msg : 3 697

Barack a écrit :

Globalement, il y a une belle maîtrise de l'équipe et un net progrès. Le secteur qui pêche est celui du jeu au pied, excepté Le Bail qui est très bon.

Bouthier est inégal mais il trouve parfosi de belle touche, comme en tout début de match. Popelin ne dégage plus direct en touche, déjà ça.  Mais dans le jeu, oui, le Bail est bon. 

Ce qui est agréable c'est l'impression d'équipe et que tout le monde donne son max. Jones, Cloostermans, Bolenaivalu..... il y a parfois du déchet, mais bonne volonté. 

Il y a sans doute encore une marge de progression. Mais un relâchement est aussi possible donc, prudence.